28 janvier 1794, la mort de La Rochejaquelein

Cenotaphe de La Rochejaquelein
Cenotaphe de La Rochejaquelein

Les récits sur la mort d’Henri de La Rochejaquelein varient selon les historiens. Deniau a retenu pour sa part le témoignage de Jacques Bouchet, acteur de ce drame, mort à Cholet en 1872, et qu’aucun de ses camarades n’a contredit.

Le 27 janvier, les Bleus sortirent de Cholet et poussèrent une reconnaissance jusqu’aux landes de Genty. N’ayant rencontré aucun homme sous les armes, ils se retirèrent […] Pour ne pas rendre leur course tout à fait inutile, ils se proposèrent d’aller, le lendemain, incendier le bourg de Nuaillé. La Rochejaquelein, prévenu à temps de leur dessein, sortit avec quatre cents hommes, de la forêt de Vezins, et vint bivouaquer, le soir même du 27, dans un petit bois taillis de la métairie de la Vallonnerie, situé à un kilomètre au-delà du bourg susdit, et à gauche de la grande route qui mène à Cholet. Son dessein était de tomber sur les derrières et le flanc de l’ennemi, dès qu’il le verrait apparaître.

La Rochejaquelein vitrail du Pin en MaugesLe 28, de grand matin, quatre cents Bleus ignorant son embuscade, vinrent se heurter contre son bivouac. Au premier cri du factionnaire, il est en selle et, après une fusillade de trois quarts d’heure, il les met en déroute, les poursuit avec ardeur et se trouve bientôt à l’extrême droite de sa colonne, suivi seulement de quinze fantassins. Arrivé au pré de la métairie de la Brissonnière, sur le bord de la route de Nuaillé à Cholet, il aperçoit, à cent mètres environ de lui, un grenadier d’une taille gigantesque qui fuit à toutes jambes : Arrête, grenadier, lui crie-t-il, tu n’auras pas de mal. Le grenadier s’arrête, fait demi-tour, et, abaissant son arme, il marche à l’encontre de La Rochejaquelein. Henri s’avance pour le désarmer. Les regards farouches et menaçants du grenadier effraient les quinze royalistes qui suivent leur général : Monsieur Henri, lui crient-ils, défiez-vous, il va vous tuer. – Mais non, répond le jeune héros, il se rend, et il continue de s’approcher du Bleu qui vient à lui. Général, général, crient encore plus fort les royalistes dont la frayeur redouble, il va vous tuer. – Mais non, encore une fois, leur répond-il, il se rend. Le grenadier, qui n’est plus qu’à quelques pas de La Rochejaquelein, relève son fusil, fait feu et lui fracasse le front.

Cassini Nuaille Cholet

En voyant tomber leur général, dix royalistes volent à son secours, et les cinq autres courent après le meurtrier ; Jacques Bouchet est du nombre de ces derniers. La fureur les transporte, mais le grenadier fuit avec une telle rapidité, qu’ils ont peur, un instant, de le voir échapper à leur vengeance. Cependant, le grenadier, bientôt essoufflé, se blottit derrière un gros chêne, à deux cents mètres du meurtre, et, de là, il décharge cinq fois son fusil sur Jacques Bouchet et ses quatre camarades. Il n’en atteint aucun. Les cinq royalistes l’entourent ; l’un d’eux lui assène un violent coup de sabre sur la tête et le terrasse, pendant que les autres l’achèvent avec leurs baïonnettes. Le jeune héros était vengé ; mais le sang de son meurtrier ne réparait pas la perte que venait de faire la cause royale […]

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.