Meurtre de Jérémy Censier : un procès emblématique des dysfonctionnements de la justice

Meurtre de Jérémy CensierLe procès du meurtrier présumé de Jérémy Censier s’est ouvert mercredi devant la Cour d’assises des mineurs de Pau. Cinq co-accusés doivent quant à eux répondre de violences volontaires en réunion. L’aboutissement d’une procédure difficile, symbolique de l’état dans lequel se trouve aujourd’hui la justice française.

Pour Joël Censier, dont le combat judiciaire a été très médiatisé (notamment par l’Institut pour la justice) et a suscité l’indignation sur le web, ce procès est l’aboutissement d’une procédure difficile. En septembre 2011, après deux années de détention, le principal accusé avait été remis en liberté sur un point de procédure. Ensuite, les PV de sa garde à vue avaient été annulés, en raison du non-respect des droits de la défense.  Cette procédure est-elle devenue emblématique des dysfonctionnements de la justice actuelle ?

Il est clair que dans cette affaire, la famille Censier, a eu à subir des dysfonctionnements inacceptables et particulièrement éprouvants. Et malgré cela, Joël Censier a eu le courage et la force de parler de ce drame pour essayer d’empêcher que cela ne se reproduise. En effet, l’annulation des procès-verbaux de la garde à vue du principal accusé est le résultat de l’effet rétroactif d’une directive européenne d’avril 2011 qui impose la présence d’un avocat dès le début de la garde à vue. Le jeune homme en question, avait pourtant fait des aveux en août 2009 qui ont, par le fait du changement de législation, été annulés.

Mais si le message de Joël Censier a eu un tel impact et que plus de 1,7 million de Français ont signé le Pacte 2012 pour la Justice de l’Institut pour la Justice, c’est bien que les Français sont confrontés aux dysfonctionnements de notre justice et à l’insuffisance de la réponse pénale. Chacun s’accorde à dire, aujourd’hui, que les Français veulent plus de protection et de sécurité. Face à cela, les dysfonctionnements de la justice sont d’autant plus inacceptables dans l’opinion publique.

Grâce au courage de Joël Censier, le débat a été ouvert sur le fonctionnement de la justice et sur l’application des procédures et des peines. Il faut savoir tirer des conclusions de dysfonctionnements particuliers, comme le drame de la famille Censier, pour s’assurer qu’ils ne se reproduisent pas dans d’autres enquêtes ou instructions.   

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.