Lech Walesa invité d’honneur de la Vendée en avril

Solidarnosc et Lech  WalesaLa commémoration du 220 e anniversaire des guerres de Vendée s’étalera sur plusieurs mois. L’ancien leader de Solidarnosc présidera une cérémonie inaugurale au Mémorial des Lucs-sur-Boulogne.

Décryptage

Comment le département a-t-il eu l’idée d’inviter l’ancien leader de Solidarnosc ?

Un peu par hasard. En juillet dernier, l’industriel André Liébot se rend à Gdansk. Le PDG du groupe numéro un dans la fabrication de fenêtres s’intéresse de très près au marché polonais « en plein développement… » Le séjour est fructueux. L’un de ses contacts sur place provoque une rencontre Lech Walesa. Les deux hommes sympathisent. « Même si c’est une icône dans son pays, il est resté extrêmement simple, raconte André Liébot. Nous avons passé de longues heures à discuter. Il m’a raconté l’histoire de Solidarnosc, ses relations privilégiées avec Jean-Paul II et comment, tous les deux, ils avaient contribué à faire plier le pouvoir militaire en place. »

Une photo immortalise la rencontre. L’industriel herbretais l’envoie par SMS à ses amis, dont Bruno Retailleau. L’idée d’inviter Walesa pour commémorer le 220 e anniversaire de l’insurrection vendéenne germe alors dans l’esprit du président du conseil général.

En septembre, André Liébot, transformé en émissaire du département, retourne à Gdansk. Il est porteur de cadeaux et surtout d’une lettre de Bruno Retailleau l’invitant officiellement en Vendée. L’ancien leader de Solidarnosc donne son accord de principe. Qui sera officiellement finalisé mi décembre.

En quoi consiste la participation de Walesa aux commémorations de 1793 ?

Le prix Nobel de la paix présidera une cérémonie qui devrait se dérouler en avril prochain aux Lucs-sur-Boulogne, théâtre de l’un des épisodes les plus sanglants des guerres de Vendée (février 1794). Le prix Nobel de la paix devrait prononcer un discours marquant, puis planter un arbre de la liberté sur l’esplanade du Mémorial de la Vendée. Cette cérémonie sera également ponctuée par la lecture de témoignages de l’époque « par de grandes voix françaises ».

Qu’en est-il de la venue de Walesa au Puy du Fou ?

Le périple de Lech Walesa en Vendée avait été préparé dans la plus grande discrétion. La nouvelle devait être dévoilée en grandes pompes au Vendéspace, lors de la cérémonie des voeux du conseil général. C’était sans compter sur Philippe de Villiers : en annonçant avec deux jours d’avance sur Bruno Retailleau qu’il était, lui aussi, en contact avec Lech Walesa pour une visite au Puy du Fou, « PDV » a littéralement coupé l’herbe sous le pied du président du conseil général qui a fort mal goûté la plaisanterie.

« Je connais Walesa depuis 1983, affirme Philippe de Villiers. C’est un ami personnel. » Pour l’instant, la date de cette visite au Puy du Fou n’est pas encore fixée. « Les modalités restent à fixer, poursuit-il. Vous savez, il préside une fondation et ne se déplace jamais gratuitement. Il faut compter au moins 50 000 ?. »

Ce qui est sûr, en revanche, c’est que l’ancien dissident polonais profitera de sa présence dans le bocage pour rencontrer des chefs d’entreprise… « C’est bien d’évoquer le passé, conclut André Liébot, reprenant sa casquette de président de la cellule économique des Herbiers. Mais ce serait bien qu’il voie également le savoir-faire de la Vendée d’aujourd’hui pour qu’à son retour en Pologne, il devienne notre ambassadeur… »

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.