Les fossoyeurs de la République

Drapeau françaisFamille, identité, école, justice, travail… : c’est à une offensive sans précédent sous la Ve République à laquelle se livrent la gauche, ses élus et ses relais, contre les principaux piliers de notre société. Interrogés par Valeurs actuelles, des députés de droite dénoncent une volonté de “défaire la France”.

La scène remonte au 29 janvier, en séance de nuit à l’Assemblée nationale, en plein débat sur le “mariage pour tous”. Le député radical de gauche Alain Tourret évoque, au micro, le cas d’un couple de lesbiennes élevant un enfant et confronté à des problèmes administratifs. De son siège, le député UMP Philippe Meunier lui répond, rappelant l’existence du « père » de l’enfant — totalement occulté par le parlementaire. Aussitôt, c’est l’explosion sur les bancs de la gauche : huées, sifflets, bordée d’injures… « Mon propos a fait l’effet d’une étincelle dans un baril de poudre, raconte Meunier. Je n’en revenais pas. Tout ça parce que j’avais prononcé le mot “père” ! » Le 2 février, le député PS Yann Galut manquait d’en venir aux mains avec l’UMP Philippe Gosselin. Le lendemain, c’est Christiane Taubira qui déclenchait un hourvari, en accusant l’opposition de racisme.

Orateur principal du groupe UMP, Hervé Mariton se dit « stupéfait » par « la haine et le sectarisme » de la gauche : « Avec sa stratégie de désigner des boucs émissaires, elle se conduit comme l’extrême droite des années 1930 », dit-il. Rien à voir, selon lui, avec 1981 : « C’est bien pire maintenant, affirme-t-il. Il y a trente ans, la gauche découvrait le pouvoir et ses jouissances. Les affrontements ont été rudes, mais ils sont restés dans le champ politique et culturel. Mitterrand avait cédé sur l’école libre ; cette fois, le pouvoir se braque. En 1981, la volonté était de changer la France ; en 2013, l’objectif est de défaire la France. »

Jaurès, réveille-toi, ils sont devenus fous ! Que penserait en effet aujourd’hui, de ses lointains héritiers, celui qui déclarait : « À celui qui n’a rien, la patrie est le seul bien » ? Car jamais ce “bien”, ses piliers et ses valeurs n’ont été l’objet, sous la Ve République, d’un tel tir de barrage. Lequel — tout un symbole — provient de ceux-là mêmes qui s’apprêtent, l’année prochaine, à célébrer le centenaire de la mort de leur “grand homme” !

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.