[Commentaire de texte] Sur la sécurité du Travail de Pierre Chamboche

Affiche contre les délocalisationsL’Histoire ne semble pas avoir de prise sur ce type de texte : les épreuves ici décrites sont les mêmes que celles qu’affrontent aujourd’hui les ouvriers français. Symbole de cette inertie sociale de la république, le parcours ouvrier parle de lui-même : d’un job à l’autre, d’une « maison à l’autre comme nombre d’oiseaux de passages », l’ouvrier de cet article ne connaît que l’instabilité professionnelle, tout comme nombre d’intérimaires de notre époque. Enfin fixé au sein d’une entreprise stable et viable, il devait alors affronter cette nihiliste course à la mécanisation du début du siècle : est elle si différente aujourd’hui ? La course au rendement, à la performance est toujours la même : l’erreur humaine doit être minimisé au maximum, l’automatisation gardant l’illusion de perfection que lui accorde le capitaliste idéologue.

Le constat sur l’insécurité du Travail, dressé par Pierre Chaboche, apparaît donc comme cruellement d’actualité, tout comme cette citation de Firmin Bacconnier : « C’est un exproprié ; s’il veut vivre, il doit, chaque jour, vendre ses membres ou son cerveau au prix fixé par la seule autorité patronale, qui garde la faculté de lui retirer quand il lui plaît ses moyens de subsistance. » A l’heure des délocalisations en chaîne, des destructions d’emplois ou tout simplement de la cure d’austérité imposée par l’Etat aux entreprises, l’ouvrier se retrouve bien seul face aux difficultés sociales. L’illusion créée par les assurances sociales républicaines n’apporte qu’un baume tout relatif à la plaie, celles-ci n’étant pas versées au chômeur par charité chrétienne mais bien par souci consumériste, et seulement consumériste. Mais surtout, en voulant à tout prix poser l’assistanat comme principe économique et social élémentaire, la république catalyse la dépendance réelle des français à l’Etat, leur ôtant toute réelle liberté et indépendance…

Evidente conclusion que rappelle Firmin Bacconnier dans un autre texte, les assurances sociales : « Mais poser l’assistance comme principe de l’ordre économique et social, est une grosse erreur. On tue ainsi cet esprit de prévoyance et d’épargne, qui est à la base du développement économique, du progrès social et de l’affranchissement des personnes. ».

Mais cette loi sur les assurances sociales, reposant sur l’uniformité (l’égalitarisme diront certains), est ineptique par nature. Comme le dit Pierre Chamboche : « Organisées comme elles doivent l’être en France à partir de 1930, avec une réglementation stupidement uniforme pour toutes les professions, elles présenteront en outre le très grave inconvénient de faire gérer par l’Etat toutes les économies des travailleurs. Quelle tentation pour un ministre des Finances aux abois! Sans compter les frais immenses entraînés par une gestion expérimentalement aussi onéreuse et les milliers de fonctionnaires supplémentaires qu’il faudra nommer. » Et quelle actualité ! La Cour des Comptes vient tout juste d’épingler une nouvelle fois les dépenses publiques françaises, largement déficitaires et incohérentes…  Comme quoi, l’Action Française avait raison !

Le plaidoyer en faveur d’un renouveau corporatif est alors évident et tout aussi d’actualité : les conclusions parlent d’elles-mêmes, les principes apparaissent évidents. Alors n’hésitons pas à faire nôtre cette belle conclusion de Pierre Chamboche : « De même que l’Action française travaille à assurer la sécurité de la patrie par le moyen de la monarchie traditionnelle et héréditaire, seule force capable de faire respecter la France, de même l’Union des Corporations françaises cherche à procurer à nos compatriotes la sécurité du travail par le moyen de la réorganisation corporative du pays. Aux pernicieuses doctrines démocratique, socialiste ou communiste, qui ne peuvent mener leurs dupes qu’aux pires désillusions, opposons hardiment notre doctrine vivante et féconde. Que se reconstituent, adaptées aux conditions de la vie moderne, les corporations de métier, et nous ne verrons plus ce spectacle navrant de l’ouvrier isolé dans la lutte pour, la vie, victime trop fréquente d’institutions profondément inhumaines et antisociales.« 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.