In memoriam Bastien-Thiry

« Nous savons qu’il existe un cinquième commandement qui nous interdit l’emploi de la force, sauf dans des cas précis qui ont été étudiés et définis par l’Église ; de même qu’il existe un deuxième et un huitième commandement qui interdisent à tous, singulièrement aux Chefs d’État, les faux serments, les mensonges destinés à abuser de la bonne foi de leurs concitoyens. Mais nous savons aussi qu’il existe un premier commandement, qui est le plus grand de tous, et qui nous commande la charité et la compassion envers nos frères dans le malheur. C’est pourquoi il a été de tout temps admis dans la chrétienté que, dans certaines conditions, un acte de force pouvait être un acte d’amour ; et c’est pourquoi selon l’enseignement traditionnel, peuvent être licites des actions de force dirigées contre ceux qui ont perdu le sens moral et le sens humain, et qui précipitent dans la désolation ceux qu’ils ont la charge de protéger et de défendre. Si l’action que nous avons menée, en accord avec les représentants de toutes les élites de la nation, avait réussi, l’une des premières conséquences escomptées eût été l’arrêt du génocide en Algérie. L’actuel Chef de l’État aurait pu arrêter ce génocide en donnant un seul ordre, qu’il n’a pas donné, et, à notre avis, il en portera à tout jamais la responsabilité. »
(Extrait de la « Déclaration » du 2 février 1963 – opuscule de 54 pages publié aux Editions du Fuseau)

Bastien-Thiry eut droit à un procès. D’autres non, qui disparurent malencontreusement et furent rayés d’une croix rouge dans les carnets de police. Vengeance en catimini d’un régime activant la pègre pour se défendre tant il était peu sûr de son droit et de l’Etat qu’il voulait capter.

Lire la suite sur le site Royal Artillerie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.