Des familles bien élevées, mais fatiguées, voire excédées…

Manifestation du 24 Mars sur les Champs ElyséesHier, entre le haut de l’avenue Foch, la place de l’Étoile et les Champs-Élysées, près d’une centaine d’enfants âgés de 0 à 14 ans — certains étaient encore dans des poussettes — ont été gazés par les forces de l’ordre.

Ils toussaient, crachaient, pleuraient, se frottaient les yeux sans comprendre ce qui leur arrivait. Certains CRS, à l’arrière ou sur les côtés, pris de pitié, ont même sorti de leur poche je ne sais quel antidote réservé à leur usage personnel pour calmer les irritations des plus désemparés. L’un d’entre eux a dû être pris en charge par les secours pour être ventilé.

C’est vrai que les ordres sont les ordres, et ceux qui ont été donnés obéissaient de toute évidence à l’intérêt supérieur du pays : ces enfants-là mettaient en danger la sécurité de l’État. Attention, le lancer de biberons et l’attaque de doudous, ça peut faire super mal. Ils ne sont pas vieux, et comme première expérience de l’exercice de la démocratie, ça se pose là.

Mais Harlem Désir a été catégorique, ceux qui ont été victimes des violences des forces de l’ordre n’étaient rien que des « nervis d’extrême droite ». Moi, je veux bien, mais c’est qu’alors ils les prennent au berceau. Ou à la maison de retraite. Car, sur la place de l’Étoile, devant le mur anti-émeutes des forces de l’ordre, j’ai vu une vieille dame à terre, aveuglée par les gaz lacrymogènes, qui a manqué se faire piétiner lorsque la foule paniquée a reflué.

Ou que ces « nervis d’extrême droite »-là étaient facétieux : car, pour faire un lien entre les « insultes » qu’ils proféraient à l’encontre des forces de l’ordre et les heures les plus sombres de notre histoire, il va falloir quand même se creuser la tête : « Les gendarmes à Saint-Tropez ! » scandaient les uns, «  CRS = tendresse ! » rigolaient les autres. Quand ils ne se mettaient pas à danser : « Deux pas en avant, trois pas en arrièèèèère, les mains sur le côtéééé, et recommencez ! ». Et je ne vous parle même pas des donzelles en escarpins dont le gaz lacrymogène faisait couler le rimmel. Sans rire, qu’est-ce qu’ils leur apprennent dans leurs camps d’entraînement ? Tout fout le camp, ma brave dame, les nervis d’extrême droite, ce n’est plus du tout ce que c’était.

Après le spectre de l’extrême droite, la leçon de morale du maître d’école : n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes ! N’avaient qu’à rester bien sagement parqués là où on leur avait dit ! Sauf que voilà, manque de bol, ceux qui ont été gazés avenue Foch — ouverte par les forces de l’ordre elles-mêmes pour cause d’affluence — étaient sur le parcours autorisé. Sauf que voilà, on s’était tué à lui dire, à la préfecture, que l’avenue de la Grande-Armée, cela n’allait pas suffire. Alors, forcément, l’étroitesse des lieux jointe à un public un tout petit peu agacé d’être pris, depuis cinq mois, pour l’homme invisible par le gouvernement, ça a fait craquer le wagon à bestiaux.

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.