Ecotaxe. La colère des professionnels bretons

Agriculture bretonneDes acteurs économiques bretons ont réclamé mardi le « report sine die » pour les produits agricoles et agroalimentaires de l’écotaxe, déjà adoptée au Sénat et qui sera examinée mercredi à l’Assemblée nationale, jugeant qu’elle risque de « laminer l’emploi ».

Selon un communiqué commun de ces professionnels des mondes agricole et agroalimentaire, réunis mardi à Langueux (22), l’écotaxe est « un impôt qui va affaiblir l’industrie bretonne et laminer l’emploi ». « Le gouvernement ne peut pas dire qu’il faut faire du redressement productif en passant par un pacte de compétitivité et dans le même temps imposer l’économie de production », a déclaré lors d’une conférence de presse Thierry Merret, vice-président de la FRSEA Bretagne, le syndicat agricole majoritaire.

2.000 emplois dans la balance
Même colère pour Daniel Sauvaget, PDG de Tilly Sabco, entreprise du Finistère spécialisée dans le poulet congelé, qui affirme qu' »à chaque fois que l’on crée des conditions de distorsion de concurrence pour les entrepreneurs bretons au détriment de leurs compétiteurs européens ou autres, c’est l’emploi breton que l’on fragilise ».
Selon les professionnels, qui rappellent que le secteur est déjà grandement fragilisé par la crise économique, le coût de l’écotaxe, évalué à 40 millions d’euros pour l’agriculture et l’agroalimentaire bretons, est l’équivalent de 2.000 emplois, à quoi il faut ajouter « 25 à 30 millions d’euros pour le transport en aval des grossistes et des plates-formes », soit 65 à 70 millions d’euros au total pour cette filière bretonne.

« La Bretagne sera l’une des régions les plus touchées »
Ces professionnels notent aussi que, « contrairement aux discours du gouvernement, il existe peu de possibilités de répercuter la taxe en aval car le rapport de force entre les fournisseurs et la grande distribution est toujours à l’avantage de cette dernière ». Ils mettent aussi en avant l’impact qu’aurait cette taxe sur la Bretagne: « Par l’importance du fret expédié, par son éloignement des centres de consommation, la Bretagne agricole et agroalimentaire sera l’une des régions les plus pénalisées par ce nouvel impôt. »
L’interprofession des fruits et légumes frais (Interfel) a de son côté demandé à être exonérée de cette taxe. « Il n’est pas possible de s’affranchir du fret routier, seul à même de garantir la qualité des produits du champ jusqu’au consommateur », a-t-elle souligné.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.