La morale de Peillon est un endoctrinement !

morale et servitudeDans un pays où pas une semaine ne se passe sans qu’un collégien soit poignardé ou un professeur tabassé, il est bien normal qu’une majorité de Français soit favorable à un « retour de la morale » dans les écoles, mais est-ce une raison pour laisser transformer celles-ci en machines à laver les cerveaux ?

Depuis l’Antiquité, il est convenu d’appeler « moralistes » des penseurs qui, après avoir préalablement exposé une conception de l’homme, définissent dans un deuxième temps les principes qui en découlent pour distinguer le bien du mal.

Nombre de morales ayant existé peuvent être qualifiées de « morales laïques », dans la mesure où elles ne font pas référence à une vision religieuse de l’homme.

Or, la démarche de Vincent Peillon suit un chemin exactement inverse à celui des moralistes.

Non seulement la conception de l’homme sous-jacente est occultée, mais c’est la volonté de faire accepter le système politique et l’organisation actuelle de la société qui est déclarée comme le fondement du bien et du mal : le « vivre ensemble », maître-mot de sa pseudo-morale, n’exhale-t-il pas, en effet, une forte odeur de « touche pas à mon pote » ?

Si le jeu naturel des affinités existant entre les Français n’avait pas été faussé durant 40 ans à coups de quotas, de « chartes diversité », de promotion des « minorités visibles », de reclassement du vandalisme en « incivilité », de soumission à diverses coutumes moyenâgeuses et de dégradations de havres de paix par la « solidarité dans le renouvellement urbain », serait-il nécessaire de leur donner des leçons pour qu’ils arrivent à vivre ensemble ?

Un faisceau d’injonctions destiné à figer pour l’éternité un pouvoir en place avec ses stratégies sournoises de domestication du peuple ne peut être qualifié de « morale ». Cela s’appelle de l’endoctrinement politique.

Source de l’article : Les 4 Vérités

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.