Bretagne : la maison de Stéphane Le Foll prise pour cible par des producteurs d’oeufs

S’il on peut évidemment regretter ce gâchis de nourriture, on ne peut qu’applaudir cette initiative des producteurs locaux : face à la crise et à l’autisme des gouvernants, l’urgence de la situation pousse les français à sortir de leur torpeur et à mener des actions coups-de-poings pour faire entendre raison au gouvernement. Ici, c’est l’urgence économique qui légitime cette action ; à Paris, c’est l’urgence morale. Face à cette déliquescence politique, économique et morale : au Roi, et vite !

Des producteurs d’oeufs bretons ont mené des actions dans la nuit de vendredi à samedi dans le Finistère, devant la maison de famille du ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll, ainsi que devant la sous-préfecture de Pontivy (Morbihan), pour protester contre les importations d’oeufs, a-t-on appris de sources concordantes.

Entre minuit et 01H00, entre 20 et 25 producteurs se sont retrouvés à Berrien, dans le centre du Finistère, devant la maison du ministre, protégée par la gendarmerie. Selon les organisateurs, ils ont cassé 21.000 oeufs sur la chaussée. « Cette manifestation de colère, c’est à cause de la grande masse d’importations d’oeufs étrangers, notamment d’Espagne et de Pologne, à des prix défiant toute concurrence », a expliqué une productrice d’oeufs à Lampaul Guimiliau, dans le Finistère.

Au début de l’année, on était à des prix corrects et avec l’importation massive d’oeufs étrangers, on a divisé les prix par deuxUne productrice d’oeufs dans le Finistère

« Eux n’ont pas fait les travaux de mise aux normes bien-être animal, environ 2,5 millions d’euros d’investissement pour un élevage de 100.000 poules. On perd 2.500 euros par jour », a assuré cette productrice. « Au début de l’année, on était à des prix corrects et avec l’importation massive d’oeufs étrangers, on a divisé les prix par deux. On est au même prix que les autres pays, mais les charges et les salaires ne sont pas les mêmes« , a ajouté l’éleveuse, précisant que les producteurs demandaient « une augmentation de 3 centimes par oeuf ».

« Pour l’instant, les industriels ne nous répondent pas, et les politiques ne nous écoutent pas. Si pas d’écoute, il y aura d’autres actions »
, a-t-elle prévenu. Selon la préfecture, la manifestation s’est terminée sans incident. Dans le Morbihan, des oeufs ont également été déposés devant la mairie et la sous-préfecture de Pontivy.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.