Le gouvernement a ouvert la boîte de Pandore, entretien avec l’abbé de Tanoüarn

Abbé de Tanouarn au 26 Mai 2013Entretien avec l’abbé Guillaume de Tanoüarn, directeur du Centre Saint-Paul, le dimanche 26 mai à 20 heures 35 sur l’esplanade des Invalides 

Monsieur l’abbé, peut-on connaître  votre réaction sur cette journée, sur cette manifestation ?

Partout on attendait que la tension baisse, que le combat s’achève finalement faute de combattants ; on avait essayé de dire que ce serait une journée très dangereuse à cause des extrémistes ; il n’y a eu pour l’instant aucun débordement, un peu d’excitation. Il y aura sans doute à nouveau des arrestations puisqu’ils ne savent faire que cela ; ils n’écoutent pas et ils arrêtent. C’est la stratégie du ministre de l’Intérieur ; on a vu la manière dont il a traité le cardinal Vingt Trois en personne lorsque le cardinal a été invité à donner son avis et qu’il a été moqué, au fond, par le système.  Ce système se sent fort, se sent sûr de son bon droit, mais ce soir il y a quand même un vent de liberté qui souffle et cela fait plaisir ; et ce qui est bien avec le vent, c’est qu’on ne peut pas l’arrêter, il passe à travers tout…

Est-ce le vent du Saint Esprit ?

Je ne suis pas Lamennais, je ne confonds pas le Saint Esprit et la politique, mais je crois quand même que c’est un signe qu’il y a un mystère français, un mystère de la France. Dans n’importe quel autre pays, cette loi n’a pas fait un pli, mais en France cela réveille une énergie cachée.

Vous rejoignez donc ce qu’a dit tout à l’heure Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous, lorsqu’elle a évoqué le réveil de l’âme de la France ?

Oui, c’est tout à fait cela, la France est un pays qui a une âme.

Et pour les mois à venir, quel est votre avis, faut-il continuer ce combat qui n’a pas d’oreille en face ?

Il faudra évidemment faire au moins une fois par an une manifestation de cette ampleur pour empêcher que la loi continue à faire régresser notre société, pour empêcher ce que Béatrice Bourges appelle « l’effet domino », parce le fait que l’on combatte ce soir n’est pas inutile ; nous gagnons et nous gagnerons du temps encore et encore sur ce que le pape François appelle le « plan satanique » de déshumanisation de l’homme, en fait.

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.