Quand la république assassine…. Thérèse de Moëlien, le 18 Juin 1793

Marquis de la Rouërie
Marquis de la Rouërie, fondateur de l’Association Bretonne

Aujourd’hui, bien peu de personnes connaissent la réalité des massacres, exécutions et assassinats qui furent commis par la république il y a à peine 220 ans… Ainsi, des milliers de français passèrent par la guillotine en quelques années, comme le fit Mme Thérèse de Moëlien de Trojolif, bretonne et royaliste, le 18 Juin 1793.

Né à Fougères le 14 Juillet 1759, elle fut connue pour son activisme au sein de l’Association Bretonne de son cousin Armand Tuffin, Comte de la Rouërie. Recrutant les nouveaux membres comme en fournissant les moyens financiers à la révolte des bretons face aux exactions républicaines, Thérèse de Moëlien fut malheureusement capturée après la mort du Comte à la fin Janvier 1793. Elle put cependant détruire les registres de l’Association Bretonne auparavant, sauvant ainsi un grand nombre de royalistes et chouans.

Dans son ouvrage La Rouërie, la Bretagne en Révolution, Ghislaine Juramie relate :

« Après la mort de son cousin, accablée, ne tenant plus à rien, Thérèse était venue se cacher dans la ville de Fougères où tout le monde la connaissait si bien. Un espion la livra…. »

Envoyée à Paris pour y être jugée avec plus de 25 autres associés, elle fut condamnée et décapitée… Victor Hugo, parlant d’elle, écrira « Quelquefois les hommes trahissent, les femmes jamais ».

On pourra poursuivre la lecture via cet ouvrage ou celui-ci. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous pour recevoir la lettre information