De l’avancée hydrolienne en Bretagne

On ne le dira jamais assez : l’avenir énergétique français et, a fortiori breton, se fera par une réelle transition de nos modèles consuméristes actuels, basés sur le nucléaire,  vers des modèles plus raisonnables, s’intégrant plus harmonieusement dans le cadre naturel français. Ainsi, les énergies « nouvelles » comme l’hydrolien ou l’énergie coulomotrice, si elles sont encore au stade de développement et ne concurrencent pas encore les énergies de l’atome, commencent à se développer dans nos belles contrées bretonnes.

Ainsi, la nouvelle turbine hydraulique, baptisée l’Arcouest, va t-elle être à nouveau immergée fin 2013. Haute de 21 mètres, lourde de 850 tonnes, l’immersion à plus de 35 mètres de profondeur garantira le faible impact sur la nature : pas de trou, pas de casse. Selon EDF , les courants marins français sont assez forts pour pouvoir immerger plusieurs centrales hydroliennes de 3 000 mégawatts, et dont remplacer à terme trois à quatre centrales nucléaires.

Mais les gouvernants se voilent la face en misant un remplacement complet de l’actuel potentiel énergétique nucléaire par des énergies « propres » : la transition énergétique devra également se faire par une remise en cause complète de l’actuel paradigme consumériste énergétique, celui de la consommation frénétique et déraisonnée de toute énergie. L’écologisme politique n’étant rendu qu’à un ersatz infâme incarné par le parti EELV, il est grand temps que les royalistes fassent entendre la voix de l’écologisme intégral, basé sur la pondération énergétique, le développement et surtout sur la préservation de l’environnement français.

[youtube]http://youtu.be/jlTlR5IafQY[/youtube]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.