Jean Madiran : un gentilhomme français

Extrait de l’hommage de Renaissance catholique :

« … Il avait ouvert de nombreuses intelligences à la vie intellectuelle. Leur faisant découvrir ou redécouvrir des maîtres oubliés, méconnus ou honnis : Péguy, Maurras, le père Emmanuel, Henri et André Charlier, le père Calmel…Il leur avait appris à lire un texte, à l’analyser, à le décortiquer à aller jusqu’au bout des conséquences ultimes de ce qu’avait objectivement écrit son auteur même si, bien souvent, celui-ci, dilettante irresponsable ou rhéteur approximatif, n’en avait pas eu conscience. Il avait porté haut et clair, dans la revue Itinéraires, la demande du « clergé et du peuple abandonnés » : Très-Saint-Père rendez-nous l’Écriture sainte, le catéchisme romain et la messe catholique. Nous leur réclamons notre pain quotidien et ils ne cessent de nous jeter des pierres. Mais ces pierres mêmes crient contre eux jusqu’au ciel. Cette demande n’a rien perdu de sa dramatique actualité, ou si peu alors que chacun s’interroge sur l’avenir du motu proprio Summorum Pontificum. …

Sur le communisme, la démocratie, la piété filiale, la laïcité, la loi naturelle, l’œuvre de Maurras, la crise de l’Église … Jean Madiran a écrit des textes qui constituent des analyses et des avancées conceptuelles majeures. Le quotidien Présent, qu’il a fondé, livre tous les jours la bataille de la réinformation sur le front de l’actualité. Jean Madiran avait accepté la relégation sociologique qui est celle des catholiques intégraux dans une nation apostate et une Église sous éclipse. Cet ostracisme ne lui avait rien enlevé de sa bonne humeur, de sa délicatesse, de sa courtoisie et de son enthousiasme. Si les yeux sont la fenêtre de l’âme elle devait être belle, pure et lumineuse comme un cristal de roche.

Jean Madiran fut un maître intellectuel d’une exceptionnelle envergure et un écrivain hors norme. Chacune de ses phrases était ciselée avec un amour exigeant du mot juste et un sens très sûr de la formule qui fait mouche et que l’on retient.

Lui qui n’aspirait qu’à être un passeur de témoin nous a transmis un héritage prestigieux. Il est de ceux, rares, qui ont permis que ne soit pas rompu le fil de notre tradition nationale et religieuse. Nous devons à la mémoire de Jean Madiran la grâce de la fidélité et de la transmission, dans l’attente confiante, et active, que de ses appels incessants à la réforme intellectuelle et morale jaillira une génération, celle du Printemps français ?, qui actualisera sa prophétie d’il y a 70 ans : Une autre chevalerie naîtra. »

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.