Témoignage d’un prêtre réfractaire dans un registre paroissial

Les recherches généalogiques recèlent parfois des souvenirs historiques laissés dans les registres paroissiaux par quelque prêtre ou vicaire soucieux d’en laisser une trace écrite. Les documents de l’époque révolutionnaire en sont la meilleure preuve, comme cette belle profession de foi du curé de Méaudre, datée du 4 mars 1791 et dénichée dans les archives de l’Isère, qui expose point par point les raisons de son refus de prêter serment à la Constitution civile du clergé.

Pretre refractaire 1

Protestations, confession de foi et déclarations

Je soussigné Pierre Coloy, curé de cette paroisse, prévoyant que bientôt la force civile m’obligera d’abandonner le troupeau que Jésus Christ notre saint père le pape et mon évêque m’avaient confié, soit pour lui enseigner les premiers principes de notre sainte religion catholique, apostolique et romaine, soit pour lui en expliquer les principaux mystères, soit enfin pour lui administrer les sacrements de l’église.

Considérant que je suis comptable de ma conduite à mes supérieurs dans l’ordre hiérarchique de l’église, à mes paroissiens, et que je suis responsable de leurs actes envers mon Dieu voulant leur laisser un mouvement perpétuel des principes de ma religion et de ma foi, pour qu’ils puissent toujours les pratiquer et mourir comme des vrais et fidèles enfants de Jésus Christ.

(phrase barrée) Je crois que Jésus Christ a établi son église en la personne de Saint Pierre ainsi qu’il est dit en Saint Matthieu ch.16 v.18., Tu es Petrus, et super hanc petram aedificabo ecclesiam meam (tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église).


Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.