Histoire d’une asphyxie fiscale…

S’il y a bien une phrase pleine de bon sens qu’a pu s’attribuer Margaret Tatcher, c’est bien celle-ci : « Le socialisme ne dure que jusqu’à ce que se termine l’argent des autres ». Soulignant bien l’intrinsèque lien entre la vitalité du socialisme et l’imposition des contribuables, elle met en exergue cette simple vérité économique : le socialisme scie inéluctablement la branche sur laquelle il vit, croyant crée de la richesse en augmentant simplement les prélèvements sur les acteurs économiques du pays.

Et les français en découvrent chaque jour davantage, comprenant bien trop tard les méfaits de l’application économique de la pensée socialiste : plus de 151 dispositions fiscales votées en un an (Juillet 2012-Juillet 2013), nouvelle augmentation d’impôts (200 à 400€) pour près de 20 millions de foyers français, etc….

S’arcboutant derrière la fallacieuse excuse du « c’est pas nous, c’est la crise » (dixit Mme Vallaud-Belkacem), les gouvernants socialistes osent encore se pavaner devant les français, usant de Méthode Coué pour essayer tant bien que mal de faire passer la pilule fiscale. Mais de tous les bords – et même européen -, on prévient des conséquences finales de cette dynamique taxatrice.

Source et suite de l’article

Imposition socialiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.