Il n’y a de honte qu’à se soumettre

Royaliste, et fier de l'être !Saint Just écrivait en son temps ces quelques mots prémonitoires : « Ce qui constitue la république, c’est la destruction totale de tout ce qui lui est opposé ». En ces jours où les réformes anti-sociales et iniques vont commencer à se concrétiser, jamais ces mots n’ont eu davantage d’actualité : destruction de la famille, de l’altérité même homme/femme, rien ne sera épargné. « ABCD de l’égalité » et chartes scolaires en tête, les excroissances égalitaires de nos gouvernants socialistes ne vont avoir de cesse de se multiplier dès la rentrée.   

Face à cette vague idéologique qui va s’abattre sur le peuple français, des centaines de voix commencent à s’organiser, notamment via les Veilleurs et la Manif pour tous, pour faire entendre leur opposition. Ces comités locaux, veilleurs face à l’expansion de l’idéologie du Genre, auront assurément besoin du soutien des camelots du Roi pour mener à bien leur mission : défendre la jeunesse française contre les idéologies mortifères et nihilistes.

Mais le militantisme camelot ne saurait se résumer à cette unique facette : les royalistes savent bien que c’est la république elle-même qu’il faut faire tomber, que c’est seulement quand « la gueuse sera pendue » que la France se relèvera.  Ainsi, c’est à eux qu’il incombe de rendre possible ce réveil des consciences sur les véritables dangers de la république.

Les combats seront nombreux, dans tous les domaines : gender, christianophobie, abandon de pans entiers de notre souveraineté, tant d’exactions seront commises si les hommes de bonne foi n’y prennent pas garde. Dans cette lutte contre la république, les soutiens seront assurément clairsemés et les épreuves bien rudes : mais, à l’heure où nous fêtons le 220°Anniversaire du soulèvement vendéen, ces difficultés ne sont elles insignifiantes par rapport à celles de nos ancêtres chouans et vendéens ?

Ainsi, à l’heure où le pessimisme pourrait nous étreindre, n’hésitons pas à relire ces quelques vers tirés du Barzaz Breizh :

Reuzeudik bras eo bout gwanet ; Bout gwanet ne ket mezuz; Nemet Plega d’ar skraberien; Evel tud lent ha kabluz !

Il est bien douloureux d’être opprimé; Mais d’être opprimé n’est pas honteux; Il n’y a de honte qu’à se soumettre à des brigands, Comme des lâches et des coupables !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.