La lutte contre la « LGBT-phobie », grande priorité de l’école républicaine

La rééducation globale de la société continue, cette fois avec Vincent Peillon. Nous vous proposons des extraits du rapport Teychenné remis à Vincent Peillon en juillet 2013, que vous pouvez trouver ici. Ce document en complète d’autres qui nous annonce une mise sous surveillance de l’école, des personnels et des élèves avec un gros travail de conditionnement ;  la grande priorité du rapport consiste à lutter contre les « discriminations lgbt-phobes », notamment dans l’enseignement privé, renforcer l’éducation à la sexualité, valoriser des représentations positives des LGBT en assurant une meilleure visibilité de l’homosexualité et de la transsexualité à l’école, et autres « assignations de genre ». 
 
 
=========================
 
 Extrait 1 : page 20
« L’enseignement privé sous contrat
 
Les auditions et les entretiens menés dans le cadre de ma mission font souvent apparaître une plus grade difficulté à être entendus par les les équipes pédagogiques pour les parents dont les enfants sont victimes de harcèlement lgbt-phobe et scolarisés dans l’enseignement privé.
 
Les lignes d’écoute des associations qui luttent contre l’homophobie ont toutes enregistré une recrudescence d’appels de jeunes issus de ces établissements, mais aussi de parents d’élèves, durant la période de médiatisation du débat sur « le mariage pour tous ». une certaine radicalisation des positions a engendré une recrudescence des actes et propos homophobes. […]
 
Il est à noter que les échanges que j’ai eus avec le secrétariat général de l’enseignement catholique laissent entrevoir une prise de conscience des dangers de l’homophobie pour les élèves et pour leur développement. Dans le respect de la spécificité de l’enseignement catholique, la mise en place d’un dispositif propre à l’enseignement catholique sous contrat pourrait être envisagée de façon complémentaire à mes recommandations » 
Extrait 2, page 10  : 
 
« Des jeunes non conformes aux stéréotypes de genre »
 
« en moyenne au moins deux élèves par classe sont concernés […] c’est probablement plus d’un million d’élèves qui sont ou seront potentiellement concernés par les discriminations lgbt-phobes pendans leur scolarité » (page 11) ) aucune réelle base scientifique ou de sondage pour ce chiffre, mais cela ne peut pas faire de mal.
Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.