Conférence-débat à SciencesPo Paris avec Yvon Ollivier sur « La Désunion française »

Avec un brin d’impertinence, l’association des Bretons de SciencesPo – Bretoned Sant-Gwilherm, propose une conférence-débat sur le thème provocateur « La Désunion française, de l’urgence de sortir du jacobinisme. Centralisation, Identité et Altérité au sein de la République » avec Yvon Ollivier, ancien de SciencesPo, brillant magistrat au Tribunal de Grande Instance de Nantes et auteur de la Désunion française (éditions l’Harmattan).  

 Venez (dés)approuver!

Renseignements: bretonssciencespo@gmail.com

La Conférence aura lieu le mercredi 16 octobre à 19h15 à SciencesPo Paris.

 Présentation :

Qu’en est-il de l’unité de la nation fondée sur l’assimilation des différences lorsque le modèle ne fonctionne plus et s’égare dans la stigmatisation des minorités au risque de glisser chaque jour davantage vers un racisme ordinaire ?

La France déroge parmi les nations par sa persistance à vouloir forger la nation contre toutes les formes d’altérité, qu’il s’agisse du bouc-émissaire musulman ou des vieux peuples et territoires, comme la Bretagne qui ne demande qu’à retrouver ses limites historiques et libérer son potentiel d’énergie. Le principe d’unicité du peuple français nous renvoie une représentation totalitaire de la société, en laquelle les citoyens conscients de leurs droits ne se retrouvent pas.

L’acte 3 de la décentralisation signe la mort de la régionalisation et l’avènement des métropoles, avec son lot de complexité et de fractures supplémentaires. La France se montre incapable de réformer son modèle inadapté à la mondialisation et ne parvient à limiter la dépense publique. Elle sacralise l’égalité et n’aboutit qu’à la domination d’une élite étrangement coupée du peuple. Convenons que le risque de délitement de la nation n’a jamais été aussi grand.

Et si la France retrouvait le sens de ses propres valeurs, la confiance et le courage du dépassement pour conduire les réformes qui s’imposent et construire enfin l’unité avec l’Autre ?

Source : La Faute à Rousseau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.