D’imposture en imposture

Taubira, Ministre de la Justice

Si prétendre que le gouvernement actuel est aux abois n’est pas un scoop, sa façon de réagir face à cet état de fait n’est pas davantage une surprise. Toujours prompte à rejeter la faute sur les autres, la gauche au pouvoir n’a jamais eu de cesse qu’elle n’ait trouvé des boucs émissaires.  Le contexte de désordre actuel encourage cette entreprise, c’est pourquoi elle a décidé d’exhumer un vieux démon : le racisme, et de s’emparer d’un thème qui lui est pourtant étranger : le patriotisme.

 « Les Français redeviennent-ils racistes ? » s’interroge-ton à longueur de tribunes. Ainsi, le spectre de la « bête immonde » ressurgit-il opportunément, phénomène récurrent à la mesure du désarroi dans lequel se trouvent les socialistes. Certes, comparer madame Taubira à une guenon n’est pas faire preuve d’élégance, et dessert le parti de celle qui a commis cette incongruité. Mais dans les faits, les Français sont-ils plus racistes pour autant ?

Les Français sont exaspérés par la préférence étrangère au détriment de la préférence nationale. Ils sont ulcérés que des étrangers puissent se faire soigner gratuitement quand eux, qui pourtant cotisent, sont obligés de faire des économies sur les soins médicaux. Ils ne supportent plus de ne pouvoir mettre leurs enfants dans des crèches prises d’assaut par des gens qui parlent à peine le Français, et que des polygames vivent grassement des allocations familiales. Cette réaction ne s’apparente en rien à du racisme ni même à de la xénophobie. C’est simplement un sentiment d’injustice d’autant plus mal perçu que la gauche, au nom des bons sentiments, ignore souverainement la misère des Français pour ne se préoccuper que de celle des étrangers, qu’ils soient en situation régulière ou non. Et comme ces étrangers (et ces clandestins) sont majoritairement des non européens, rien n’est plus aisé que d’assimiler cette réaction à du racisme. Mais si l’exaspération est légitime, et a fait le lit de nombreux mouvements sociaux, le racisme, quant à lui, est un crime. C’est pourquoi la gauche cherche à intenter ce procès infamant à ses adversaires.

Le racisme repose sur des théories que peu de personnes oseraient défendre aujourd’hui. En revanche, culpabiliser les honnêtes gens qui souffrent quotidiennement procède d’une démarche abjecte. Il semble que la « bête immonde » ait changé de camp.

Quant à vouloir s’emparer du patriotisme, c’est une manœuvre qui ne peut que faire sourire. Il n’est que de se rappeler le soir du 6 mai 2012, place de la bastille. La foule de gauche était en liesse et manifestait son allégresse en brandissant ses drapeaux. Ainsi a-t-on pu voir flotter les drapeaux algériens, maliens, des drapeaux rouges, noirs, multicolores – les homosexuels étaient heureux -, des drapeaux de syndicats. Et puis, au hasard de cette exubérance, apparaissait de temps en temps un malheureux drapeau français, perdu dans ce fatras idéologique de mauvais goût. Voilà le patriotisme que revendique le gouvernement actuel qui en oublie jusqu’à la décence !

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.