[Éditorial] Le pays légal, on n’en veut plus !

Pays légalL’annonce d’une refonte générale de la fiscalité par le Premier ministre n’aura donc pas eu l’effet naïvement escompté : calmer la colère d’un pays réel en proie au ras-le-bol fiscal. Il est même possible que cette annonce n’ait fait que nourrir un peu plus l’inquiétude des Français.

Car une telle remise à plat pourrait avoir pour seul effet, en élargissant les différentes assiettes, d’augmenter un peu plus encore les ponctions du gouvernement socialiste dans leur porte-monnaie. Ainsi, la fusion de la CSG et de l’impôt sur le revenu pourrait faire 10 millions de perdants.

Les Français ne sont plus dupes : le prouvent les échecs piteux des tentatives de diversion menées par les différents relais du système. Le 23 novembre dernier, les manifestations, visant à briser la révolte sociale des Bonnets rouges, organisées en Bretagne par sept syndicats, qui tous, ou presque, émargent à la très « jaune » Confédération européenne des syndicats et sont donc pleinement complices de la politique conduite par Bruxelles, n’ont rassemblé que des troupes squelettiques en dépit de la présence de Thierry Lepaon et de Laurent Berger, les deux patrons respectifs de la CGT et de la CFDT. Au contraire, c’est de nouveau par dizaines de milliers que ce sont retrouvés les Bonnets Rouges, ce dimanche 1er décembre à Carhaix dans le Finistère, parallèlement à des manifestations de routiers rejoints par les centres équestres. Pendant ce temps, ce même dimanche, Jean-Luc Mélenchon, qui persévère à jouer les idiots utiles du mondialisme, ne rassemblait qu’une dizaine de milliers de Parisiens rouge-vert. Quant aux manifestations organisées dans le pays le samedi 30 novembre à l’appel de toutes les associations antiracistes rejointes par les partis de gauche et les syndicats, sans oublier l’inusable Inter-LGBT, elles ont fait un flop retentissant : il n’y a eu, pour toute la France, que quelques milliers de benêts à opposer leurs poitrines héroïques au retour de la Bête immonde. Si la gauche n’a pas compris que métamorphoser artificiellement Taubira en icône outragée de la République est insuffisant à détourner les Français des vrais problèmes, alors, c’est que son cas est désespéré — ce dont nous ne nous plaindrons pas. Il n’en reste pas moins qu’en dépit de ses troupes étiques, la police antiraciste continue de faire régner en France la même terreur que la police religieuse en Arabie Séoudite : il suffit simplement d’en appeler à une interprétation très extensive de lois par elles-mêmes déjà liberticides. La LICRA vient ainsi de faire censurer, au mépris à la fois du principe de non rétroactivité et …du sens même des textes, l’immense Léon Bloy, transformé, à ses mânes défendant, en écrivain antisémite ! Voilà comment ce vice de la pensée qu’est l’idéologie antiraciste conduit à un crime contre l’intelligence dans la sainte alliance du fanatisme et de l’ignorance crasse. Il est néanmoins rassurant de voir la Sorbonne se joindre aux descendants de l’écrivain pour délivrer un bonnet d’âne aux censeurs subventionnés.

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.