Travail du dimanche : les socialistes lâchent tout

DimancheNouvelle agression du gouvernement contre les familles :

Les enseignes de bricolage autorisées à ouvrir le dimanche

Le gouvernement a annoncé par décret la mise en place d’une dérogation jusqu’au 1er juillet 2015, en attendant la création d’un cadre juridique stable.

Le gouvernement sonne la trêve dans la bataille du travail dominical. Suivant les recommandations du rapport que lui a remis l’ancien président de La Poste Jean-Paul Bailly, il vient ce mardi d’autoriser par décret les enseignes de bricolage à ouvrir le dimanche dans toute la France. Plus besoin désormais d’arrêtés municipaux ou préfectoraux, ni d’être placé en périmètre d’usage de consommation exceptionnelle (Puce). Même temporaire, le décret ne doit s’appliquer que jusqu’au 1er juillet 2015, il s’agit d’une petite victoire pour Castorama, Leroy Merlin et surtout Bricorama très remontés contre le système d’autorisations trop complexe mis en place en 2009 par la loi Maillé. L’annonce de la fermeture du magasin de Montigny-Les-Bretonneux, a d’ailleurs été pour Jean-Paul Bourrelier, PDG de cette dernière enseigne, l’occasion de dénoncer la concurrence déloyale créée par un système d’autorisation inéquitable.

Au cours des 18 prochains mois c’est donc le régime de dérogation permanente jusqu’alors réservé aux magasins d’ameublement, qui s’appliquera à toutes les enseignes de bricolage. Gérald Fillon, porte-parole du collectif des Bricoleurs du dimanche, s’est réjoui de la nouvelle : « C’est un grand soulagement pour les salariés du collectif qui sont mobilisés depuis un an », a-t-il dit à l’agence Reuters. Il a en revanche précisé qu’’il restait vigilant. « C’est une nouvelle étape dans le combat. On ne sera plus dans la rue, par contre on sera peut-être un peu plus dans les couloirs de l’Assemblée pour prendre des rendez-vous ». […]

La suite sur Le Figaro via le CRAF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.