Lavisse retrouvé

Charles Maurras
Charles Maurras

La République c’est aussi quelques noms. Parmi ces noms, il en est peu qui soient aussi liés pour nous à la Troisième République que celui d’Ernest Lavisse qu’évoque Maurras dans ce « M. Lavisse retrouvé » du 24 août 1914. Historien officiel couvert d’honneurs, sans cesse édité et réédité, personne n’a eu une plus déterminante influence qu’Ernest Lavisse dans la diffusion de ce qu’on est convenu d’appeler le « roman national », vaste reconstruction a posteriori et somme toute assez consensuelle qui servait les intérêts du régime en y incorporant pour les écoliers et les collégiens des éléments soigneusement triés et réinterprétés, où figurait en bonne place ce qui pouvait sinon rallier les opposants, du moins désarmer leurs justes préventions en rattachant malgré tout la France éternelle à la forme républicaine de son organisation politique du moment.

« Tu dois aimer la France, parce que la Nature l’a faite belle, et parce que l’Histoire l’a faite grande. »

Quel royaliste ou bonapartiste ne souscrirait, se disant qu’après tout il y avait quand même un peu de la France dans le régime des Gambetta, des Ferry et des Combes ?

Maurras, dans cet article, rappelle le passé nationaliste de Lavisse, manière de sous entendre qu’il ne fut pas toujours républicain, de cette République honnie depuis l’Affaire. Sans doute. Et peut-être même entre-t-il dans cette demi-réhabilitation de Lavisse du point de vue maurrassien un peu de malice ; Lavisse n’était-il pas le rival de l’une des bêtes noires de Maurras, ce Monod qui avait été premier à l’agrégation d’histoire quand Lavisse y était deuxième ?

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.