[Entretien] Robert Ménard à L’AF : « Il faut en finir avec le règne des politiciens. »

Robert MénardRobert Ménard avait fondé Reporters sans frontières dans les années quatre-vingt. Il est également le fondateur, avec sa femme Emmanuelle Duverger du site Boulevard Voltaire. À soixante ans, il s’est engagé en politique et brigue désormais la mairie de Béziers, où il sera candidat aux élections municipales des 23 et 30 mars prochains. Il a bien voulu dire pourquoi aux lecteurs de L’Action Française.

Vous citiez Tite-Live dans vos vœux à la population, qui disait : « Dans les affaires difficiles, les desseins les plus courageux sont les plus sûrs. » Quel est le climat de cette campagne ? Si mes relations avec les Biterrois sont agréables, il n’en est pas de même avec certains politiciens : je viens troubler le petit jeu traditionnel de partenaires habitués à se côtoyer et qui savaient d’avance que la victoire appartiendrait à l’un d’entre eux. Avant que je me présente, le sénateur-maire actuel, Raymond Courderc, était persuadé qu’il l’emporterait au premier tour. Il a depuis laissé la candidature au député Elie Aboud, son ex-premier adjoint, qui commence à comprendre que rien n’est gagné et que ce sont les Biterrois qui ont les cartes en main. Bien malin qui pourrait aujourd’hui pronostiquer qui l’emportera ! Quant aux électeurs de gauche, un sondage a révélé que certains d’entre eux n’étaient pas insensibles à ma candidature… Je le répète, je viens troubler le petit jeu traditionnel entre droite et gauche. […]

Propos recueillis par François Marcilhac – La suite dans L’AF 2879

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.