Cristiada, chef d’œuvre victime d’une nouvelle censure (cinéma)

Cristiada1926, au Mexique. Le président Calles, socialiste franc-maçon, fait voter des lois portant atteinte à la religion catholique. Pour répondre à ces mesures, la Ligue Nationale de Défense de la Liberté Religieuse organise des actions de désobéissance civile. Deux millions de Mexicains signent une pétition demandant l’abolition des lois anticatholiques. Face au refus du pouvoir éclate une insurrection. Des prêtres, parmi lesquels Christopher (Peter O’Toole) sont assassinés par l’armée. A la différence de son épouse Tulita (Eva Longoria), Enrique Gorostieta Velarde (Andy Garcia) n’est pas croyant. Mais pour protéger la liberté de culte, il prend la tête de la rébellion. Le martyre du jeune José Luis Sanchez del Rio (Mauricio Kuri) permet à Velarde de retrouver la foi. Il remporte de nombreuses victoires. Les négociations entre Rome et le gouvernement mexicain aboutissent en  juin 1929 à un accord : les mexicains retrouvent la liberté de culte.

Cristiada (For Greater Glory) est un film mexicain réalisé par Dean Wright, produit par Pablo Jose Barroso, et sorti en 2012. Cette superproduction bénéfice d’un scenario épique, d’excellents acteurs et d’importants moyens permettant une reconstitution très convaincante. Retraçant la guerre des Cristeros (1926-1929), ce film exalte ceux qui combattent pour la liberté du culte catholique. Les rebelles s’appellent « Cristeros » (partisans du Christ). Leur cri de guerre est « Viva Cristo Rey ! » (Vive Christ Roi !).

C’est sans doute pourquoi ce film n’a été diffusé en France ni dans les salles ni en DVD ! La dénonciation d’un régime socialiste et franc-maçon ne pouvait, en France, que déplaire à ceux qui décident de la distribution des films. En effet, s’inspirant de la Révolution de 1789, le socialisme à la française n’a pas renoncé à transformer l’homme en le coupant de ses racines, de sa famille et de sa religion… Ce n’est pas un hasard si la révolte des Cristéros évoque inévitablement celle des Chouans.

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.