Le profanateur présumé des édifices catholiques du Morbihan laissé en liberté

Soulagement pour les paroisses et chapelles bretonnes. Mardi 25 mars, dans le cadre de l’enquête sur les différentes atteintes et profanations aux édifices catholiques du secteur, un homme a été interpellé et placé en garde à vue.  Confondu par son ADN laissé sur les lieux d’un de ses méfaits, l’homme  a reconnu être l’auteur de 15 des destructions (sur 19 faits avérés).  Ces dégradations, dont nous avions fait écho et qui ne s’accompagnaient pas de vol, ont été commises entre mars 2013 et janvier 2014.

Durant plusieurs mois, des édifices et des symboles religieux avaient été vandalisés dans le pays de Pontivy (56) que ce soit à Bubry, Bieuzy-les-eaux, Plouay, Villeneuve-Jacquenot, Melrand, Languidic ou d’autres communes avoisinantes. Tous les maires avaient porté plainte, mais la longueur de l’enquête ainsi que la multiplication de ces actes de vandalisme avait suscité une certaine psychose dans ces communes sans histoire du Morbihan.

A l’issue de sa garde à vue, qui aura duré une journée, l’homme, qui a reconnu les faits, a été remis en liberté. Il sera convoqué « ultérieurement » par la justice pour répondre de ses actes. Certains avancent déjà pour sa défense que l’homme sortait d’un asile psychiatrique basé à Caudan (hôpital Charcot) et n’était donc pas responsable de ses actes.

Source et suite de l’article

Une réflexion sur “Le profanateur présumé des édifices catholiques du Morbihan laissé en liberté

  • 8 avril 2014 à 8 h 46 min
    Permalien

    pour une certaine population la France est laïque, pour d’autres elle est un soutien indéfectible de leur religion de l’angoisse.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.