La réforme territoriale de Hollande : Ubu roi !

Pour l’historien Frédéric Rouvillois la réforme territoriale proposée par le président de la République est un charcutage aberrant qui ne tient compte d’aucune réalité historique. Il rappelle les enjeux de la décentralisation.

Frédéric Rouvillois est professeur de droit public et écrivain. Il a publié de nombreux ouvrages sur l’histoire des idées, notamment L’Invention du progrès, aux origines de la pensée totalitaire (CNRS Éditions, 2010), ainsi que des essais sur la politesse, le snobisme et les institutions, et plus récemment Une histoire des best-sellers (Flammarion, 2011). Son dernier livre Crime et utopie, une nouvelle enquête sur le nazisme, a été publié chez Flammarion.

Figarovox : Vous avez écrit plusieurs ouvrages sur la « décentralisation à la française ». La réforme annoncée par François Hollande vous parait-elle aller dans le bon sens ?

Frédéric Rouvillois : Je suis effaré par cette réforme. D’abord, par sa faible utilité : soit on y va vraiment, soit on ne fait rien. Mais ce que je trouve particulièrement révoltant, c’est le degré d’abstraction de ce redécoupage. La lecture de la presse était à ce titre édifiante. Le Monde a titré « Le jour où François Hollande a redessiné la France », comme si ce que l’histoire a fait en des siècles et des siècles, Mr François Hollande pouvait le défaire en un jour ! Dans Le Monde aussi, on apprend qu’à 16h, la région Centre ne savait pas encore quelle allait être sa taille. Ce n’est pas un redécoupage tracé au fil des siècles, ni même pensé dans une stratégie idéologique, économique ou culturelle, mais une totale improvisation, un charcutage administratif tempéré de magouille électoraliste. On a le sentiment d’un puzzle fait à l’arraché, sans imagination, sans ambition : se contenter de coller des régions existantes, on peut faire ça en 5 minutes ! Sans doute est-ce le fruit de cette nouvelle volonté « d’aller vite » pour simuler une capacité à prendre des décisions, comme si l’activisme était un gage d’efficacité ! […]

La suite ici via le CRAF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.