Dalvoudekaat ar pardonioù / valoriser les pardons

992831_10151722957957432_1210813208_n.jpgExtrait du Projet Missionnaire Breton proposé par le Diocèse de Vannes

Tant de régions en France et dans le monde nous les envient. Les pardons en Bretagne sont vraiment une occasion de prédilection pour les Bretons de faire corps avec leur culture, pour s’en imprégner et s’en nourrir.L’exhortation apostolique du pape Jean-Paul II, du 16 octobre 1979, « de Catechesi tradendae » nous parle de l’importance de la dévotion populaire :Contribution des dévotions populaires »54. Une autre question de méthode concerne la valorisation, par l’enseignement catéchétique, des  éléments valables de la piété populaire. Je pense à ces dévotions qui sont pratiquées en certaines régions par le peuple fidèle avec une ferveur et une pureté d’intention émouvantes, même si la foi qui les sous-tend doit être purifiée, voire rectifiée, sous bien des aspects. »Il faut donc oser rappeler et souligner la perpétuation de cette manifestation souvent séculaire sur ces lieux en insistant sur le patient travail des recteurs, l’implication des gens du quartier et le dynamisme des Comités de chapelle. Rappeler aussi les éléments symboliques liés à ces pardons : le saint que l’on fête, la fontaine, le feu de joie, la procession, le pardon et le partage, la fête et la convivialité, le ou les cantiques locaux. Il est important aussi d’expliquer que la convivialité vécue en ce lieu est aussi annonce de l’Evangile.Il y a souvent plusieurs pardons dans une paroisse. Ne pourrait-on pas envisager que l’un d’entre eux soit plus particulièrement destiné aux enfants et aux jeunes, en veillant bien à ne pas éliminer la langue bretonne au prétexte qu’il y a des jeunes ?

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.