Ephéméride bretonne et royaliste du 29 Août

  • 1442 : Décès de Jean V, duc de Bretagne.

Jean V devenu duc à l’âge de dix ans est couronné le 23 mars 1402. Sa tutelle est d’abord confiée à sa mère puis assurée par le duc de Bourgogne, Philippe le Hardi.En 1403 il y eut deux conflits entre les Bretons et l’Angleterre le premier en juillet pendant lequel Jean de Penhoët amiral de Bretagne et Guillaume du Châtel mettent en déroute la flotte anglaise et le second de septembre à novembre quand une flotte bretonne toujours commandé par l’amiral de Penhoët, ravage Jersey et Guernesey et l’ouest du Devonshire ce qui provoque des représailles anglaise contre la Pointe Saint-Mathieu. Un coup de main contre Dartmouth s’achève par la mort de Guillaume du Châtel et de 200 bretons débarqués sur la côte anglaise. Un mois après une flotte commandée par Tanneguy III du Chastel, le frère de Guillaume, prend la petite ville et la livre au pillage au massacre et à l’incendie par vengeance.

Du fait du remariage de sa mère Jeanne de Navarre il devient en 1403 le beau-fils du roi Henri IV d’Angleterre. Il se réconcilie avec le roi de France Charles VI dont il avait épousé une fille et fait Hommage pour son duché le 7 janvier 1404. Il se réconcilie également avec Olivier de Clisson, l’ennemi de son père. Peu après, il se brouille avec Clisson et est sur le point de l’assiéger, quand ce dernier meurt.

Source : Wikipedia

Sceau Jean V de Bretagne

  • 1475 : Traité de Picquigny.

En juin 1475, Édouard IV débarque à Calais, d’où il compte lancer une opération militaire destinée à reconquérir les possessions anglaises en France, perdues sous le règne d’Henri VI. Cependant, conscient de l’infériorité de son armée et de l’absence de soutien du duc de Bourgogne Charles le Téméraire, il accepte de traiter avec le roi de France. Contre une somme de 75 000 écus d’or et une pension annuelle de 50 000 écus d’or (soit la promesse totale de cinq cent mille écus), Édouard IV accepte de retourner en Angleterre avec son armée et renonce à son alliance avec le duc de Bourgogne. Marguerite d’Anjou est libérée contre une rançon de 50 000 écus.

Ce traité contente les deux parties : Édouard IV d’Angleterre prétend recevoir ainsi un tribut de la France, tandis que Louis XI de France affirme fournir une pension à son sujet le roi d’Angleterre. En fait elle permet surtout à la royauté française de tenir en respect ses seigneurs féodaux, en premier lieu Charles le Téméraire. Grâce aux talents de négociateur de Louis XI, l’invasion anglaise se termine sans aucune victime et les deux armées festoient ensemble pendant toute une journée dans la campagne de Picquigny. « D’eau n’était nouvelles », plaisanta ainsi le chroniqueur Philippe de Commynes.

Source : Wikipedia

  • 1905 : Décès de Jean Marie Déguignet, écrivain breton de langue française et bretonne (Vie à découvrir ici.)

Jean-Marie Déguignet

Saint breton du jour : Saint Fiacre, moine irlandais du 7e siècle, saint patron des jardiniers, représenté muni d’une bêche.

Saint Fiacre

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.