Réforme territoriale


Réforme territoriale : la région Centre deviendra Centre Val de Loire

 La région Centre fait un pas vers l’objectif d’une grande région Val de Loire d’Angers à Orléans. Après un échec dans les années 1990, elle va enfin pouvoir changer de nom et correspondre à son appellation non officielle, le Centre Val de Loire. Quelques mots en plus, mais aussi plus de cohérence et de visibilité.


  Le changement de nom pourrait devenir effectif dès cette année ou début 2015. Les élus des Pays de Loire ont en effet accepté que la région Centre prenne aussi la Loire dans son nom, ce qu’ils avaient refusé en 1994, torpillant le changement de nom. Avant la création des régions actuelles, le « centre » était plutôt, sur les cartes routières, une dénomination réservée à l’Auvergne et au Limousin.

La réforme territoriale a quelque peu pris la région Centre de court. Après avoir défendu un rapprochement avec l’Auvergne et le Limousin – deux régions vers lesquelles rayonnent les lignes SNCF qui irriguent le Centre (axes Paris-Nevers-Moulins-Clermont et Paris-Vierzon-Limoges) – puis s’être fait de mauvais gré à la fusion avec le Poitou Charentes, des élus de tous bords s’étaient faits les hérauts d’un grand Val de Loire avant de pousser un ouf de soulagement quand leur région est restée intacte dans le projet gouvernemental.

Pourtant, c’est le grand Val de Loire qui a la préférence des élus du Centre, ne serait-ce que pour des raisons historiques et touristiques. Il cadre notamment avec la marque « Loire Valley » créée pour mettre en valeur le patrimoine des villes de Loire et des châteaux auprès des touristes étrangers, mais aussi l’itinéraire Loire à Vélo ou encore l’exceptionnel ruban de beauté historique, religieuse, architecturale ou encore gastronomique que constituent les villes sur la Loire, de Sancerre jusqu’à Bourgueil (et bientôt Champtoceaux ?). D’ailleurs à l’alliance que constituent actuellement Touraine, Berry et Orléanais, le Maine et l’Anjou ne dépareront point. D’autant plus qu’au ruban du fleuve s’ajoute le périmètre UNESCO, le Val de Loire tel qu’il est reconnu hors de nos frontières françaises, c’est à dire de Sully sur Loire (Loiret) à Chalonnes dans l’Anjou. Pas ailleurs. Un Val de Loire qui est le meilleur allié d’une Bretagne plus unie et plus forte, puisque les élus du Centre sont très clairs : la place de la Loire-Alantique est en Bretagne.

Seulement, si la Sarthe et la Mayenne seraient partantes pour le grand Val de Loire, l’Anjou (ou Maine-et-Loire) ne voit pour l’instant son avenir qu’attaché à Nantes qui est son principal moteur économique. Et donc reste obstinément fixé vers l’ouest, cette Bretagne économique et historique qui hésite elle aussi entre réunification et fusion dans un ensemble plus vaste. L’accord donné par les élus des Pays de Loire, là où ils avaient opposé un refus en 1994, montre cependant que les lignes bougent, y compris en faveur d’une carte de France qui corresponde enfin aux identités historiques différentes qui ont su lui donner, des siècles durant, toute sa force et sa splendeur.

LOUIS-BENOIT GREFFE

source : http://www.politicvisio.com/n31-france/article-reforme-territoriale-la-region-centre-deviendra-centre-val.html?id=11692&_ga=1.97852058.483261506.1413150364

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.