Nantes : une profanation qui n’en est pas une pour le parquet…

La justice républicaine dans toute sa splendeur ! Gageons que si cela aurait été une synagogue ou une mosquée le jugement aurait été le même !
st-nicolas-nantes
Hier [18 février], en fin d’après-midi, vers 17 h 30, un homme est entré dans la basilique Saint-Nicolas, en plein cœur de Nantes. Il a jeté un crucifix à terre et a uriné dessus avant de prendre la fuite. Les recherches entreprises par la police n’avaient pas permis de le retrouver ce matin. D’après le parquet de Nantes, il ne s’agit pas d’une profanation [sic !], car il n’y a pas eu ni d’inscription, ni de déclaration particulière faite par le suspect. Le délit serait plutôt celui de dégradation d’un monument historique [resic !].

Source : Presse Océan (19 février)

Une réflexion sur “Nantes : une profanation qui n’en est pas une pour le parquet…

  • 2 avril 2015 à 4 h 21 min
    Permalien

    Historique ?Cela est évident,mais car il y a un « mais »,même s’il s’agissait d’une église sans présence de fidèles,elle n’est que en « sommeil ».Rien à voir,pour faire court et pour exemple local avec un dolmen ou un menhir,historique et mort à toute spiritualité.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.