Cornemuses de Bretagne et leur histoire

Contrairement aux idées reçues, la cornemuse et son cousin, le biniou, ne sont ni d’origine celtique ni même bretonne. Il faudrait plutôt chercher du côté de la Méditerranée. Les bagadoù auraient fait leur première apparition dans les légions romaines! Quant à l’instrument lui-même, des vestiges ont été retrouvés dans des pyramides datant de 3.000 ans avant Jésus Christ.
Ceci étant précisé, tout comme la bombarde – importée, elle, par les croisés – la cornemuse s’est particulièrement bien adaptée dans les celtes contrées. «Mais aussi dans bien d’autres pays d’Europe et au-delà. Les Pakistanais, par exemple, ayant conservé de l’occupation britannique la cornemuse des Highlands», précise Thierry Jigourel. Touché par la grâce de la cornemuse à l’âge de sept ans, jouée par Jean-Pierre Pichard – l’ex-patron du festival interceltique de Lorient – au mariage de sa soeur à Locquémeau (22), l’auteur a souhaité mettre en avant la stupéfiante vitalité de cet instrument. Le biniou-braz, traduction de la cornemuse écossaise à trois bourdons et grande poche, est, en effet, utilisé par quelque 10.000 pratiquants et la star incontestée des bagadoù.

Suite à lire ici….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.