La béatification d’un prêtre normand victime de la révolution

Excellent billet de notre ami Jean Philippe Chauvin sur la béatification de Pierre-Adrien Toulorge à lire intégralement ici :

La mémoire française de la Révolution est  souvent l’objet de controverses (pas seulement historiques, loin de là…) et les débats autour du génocide vendéen, relancés par la publication du dernier ouvrage de Reynald Sécher, nous le rappellent quotidiennement ! Pourtant, la Révolution n’a pas été un long fleuve tranquille et a charrié dans son lit de nombreux cadavres, de la Corse à la Bretagne, en passant évidemment par Lyon, Avignon ou encore Savenay : si les manuels d’histoire accordent plus d’importance aux grands principes valorisés par la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qu’à leur effective application (pourtant fort… nuancée !), les populations enracinées restent sensibles aux figures locales qui ont traversé la période, en y laissant parfois leur vie et quelques archives pas toujours accessibles, ou les redécouvrent, dans ce grand mouvement informel de recherche de « la mémoire des siens ».

Ainsi, dimanche 29 avril, la béatification de Pierre-Adrien Toulorge sera-t-elle suivie par 2.000 à 2.500 personnes à Coutances, dans la Manche… Le journal La Croix, dans son édition du 27 avril, raconte son histoire, si révélatrice et exemplaire au regard de la période agitée de la Terreur et des enjeux de sa mémoire souvent contrariée : « Pierre-Adrien Toulorge ou l’histoire d’un paradoxe : il y a quelques mois encore, dans la Manche, bien peu connaissaient la figure de ce prêtre guillotiné en 1793, en pleine Terreur. (…) Comme ses contemporains, il est profondément déstabilisé par la Révolution. Il cherchera d’ailleurs d’abord à fuir son destin sur l’île de Jersey. Pris de remords, il rentre sur le continent, où il prend le maquis et célèbre les sacrements clandestinement avant d’être arrêté. Lors de son procès, il cherche à tromper ses juges, avant de revenir sur sa déposition, réalisant qu’on ne peut sauver sa vie sur un mensonge.

 « (…) Marc Beuve, président de l’association des Amis du P. Toulorge, se dit frappé par « la vérité et l’authenticité » du personnage. « Je ne sais pas si j’aurai eu son courage, confesse-t-il. L’accusation n’avait aucune preuve de son exil. Il faut être gonflé pour se laisser conduire à l’échafaud alors qu’un mensonge suffirait à vous sauver la peau. »

Pierre Adrien Toulorge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.