Face à la désertification sociale des campagnes, la réponse est d’abord politique !

Désertification socialeIntéressant article de Jean Philippe Chauvin à lire sur le site du Groupe d’Action Royaliste :

Je suis revenu hier soir de Bretagne en passant, comme d’habitude, par les petites routes, d’une part pour éviter les grands flux estivaux des autoroutes et d’autre part parce que j’aime traverser cette France que l’on dit profonde dès qu’elle n’est pas collée ou intégrée à une grande zone urbaine : il y a plus de beauté dans ces villages et ces paysages un peu moins urbains que dans les abords des métropoles, clinquants et envahis de béton et de publicité, pareils d’une ville à l’autre, non pas anonymes (il y a des noms de marque partout étalés sur les façades et aux carrefours) mais impersonnels, déshumanisés par une société de consommation qui ne veut voir que des consommateurs et s’intéresse peu, en somme, aux hommes et à leurs sociétés particulières.

Mais cette beauté de la France des villages est menacée et cache parfois aussi des réalités et des perspectives moins agréables, autant pour l’œil que pour l’esprit : ainsi, en Basse-Normandie ou en Mayenne, j’ai traversé des villages aux vieilles pierres qui apparaissaient, le soir tombant, absolument déserts et privés de toute vie sociale, tandis que leurs abords étaient grignotés de lotissements pavillonnaires sans âme, tous tristement semblables et si peu intégrés aux couleurs des paysages alentours…

Dans ces villages traversés, les panneaux « à vendre » étaient parfois plus nombreux que les personnes croisées… Quelle tristesse de voir ces maisons de pierre recouvertes d’un lierre envahissant et désormais destructeur, maître de lieux qui semblent parfois condamnés à s’enfoncer dans un sommeil définitif ! De grandes bâtisses à l’ancienneté remarquable menacent ruine et certaines, comme à Saint-Symphorien-des-Monts, ont déjà perdu ardoises et fenêtres, squelettes de pierre qui laissent entrevoir de grandes pièces qui furent, visiblement, magnifiques et accueillantes.

Les places de ces communes, souvent organisées autour d’une église visiblement rarement ouverte, ne révèlent aucune vie sociale : au crépuscule, les seules traces de vie humaine sont les grésillements des postes de télévision que l’on entend à travers les portes et les fenêtres, et les anciens cafés des lieux ne sont plus, comme jadis, des points de rencontre et de discussion, mais signalent juste, par de vieilles peintures effacées par le temps, leur ancienne fonction.

De vrais déserts sociaux, là où jadis il y avait de la vie, des joies et des disputes…

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.