Marc Fumaroli : « Même la merde d’artiste est devenue muséable ! »

Académien, professeur au Collège de France, Marc Fumaroli ne décolère pas contre l’abatardissement du mot « culture».

Le mot culture est d’emploi relativement récent. On parlait autrefois de gens cultivés, comme d’un champ stérile que la culture a rendu fertile. Les anthropologues se sont emparés du mot pour désigner les outils dont se servent les peuples sans écriture pour se défendre contre la nature.

Appliqué à nos sociétés, culture en ce sens est devenue un mot-valise qui désigne tout et n’importe quoi. On parle de culture d’entreprise, de culture rock, pop, rap, de culture de banlieue, de culture élitiste. Ce vague est employé de manière extensive pour désigner les habitudes de vie propres à un groupe social ou les clients d’un même type de divertissement.

De culture mot-valise, on est passé ensuite à la notion de « multiculturalisme », qui prétend décrire et même théoriser une société invraisemblable, composée d’une multitude de cultures différentes ou incompatibles, et qui néanmoins pratiquerait une parfaite tolérance réciproque ! (…) Du fait que tout est culturel, tout peut devenir objet de mise en scène muséale, même « la merde d’artiste », même les préservatifs qui font partie de la marchandisation du Tour de France ! La vraie question : qu’est-ce qui échappe au culturel, qu’est-ce qui « cultive » au sens ancien de culture de l’âme ?

D’abord le désir qui naît, on ne sait pourquoi, d’échapper à l’étouffement sociologique du culturel-commercial-électoral. Ensuite l’exercice du discernement et de la préférence personnelle pour ce qui cultive, fertilise et nourrit, aux dépens de ce qui fait de nous des cobayes dociles de la sociologie culturelle, commerciale et électorale. Un éveil à soi-même hors du quantifiable. Cela s’appelle aussi la grâce ou la sagesse.

Source : le Cri du Contribuable

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.