14 Août 1352 : la Bataille de Mauron

En pleine guerre de 100 Ans, en 1341, le duc de Bretagne Jean II meurt sans descendant direct et sans avoir désigné de successeur. Il y a deux prétendants au trône :

– Jeanne de Penthièvre, sa nièce, et son mari Charles de Blois soutenus par le roi de France et sa haute noblesse bretonne. C’est le parti blésois franco-breton.

– Et Jean de Montfort, son demi-frère, soutenu par les Anglais et la petite noblesse bretonne. C’est le parti monfortiste anglo-breton.

C’est ainsi que pendant 40 années ces deux parties vont se battre pour obtenir le pouvoir de succèder au trône de Bretagne.

En 1352, pendant cette Guerre de Succession, le château de Mauron, situé sans doute sur les bords du Doueff, au lieu-dit Brambily (actuellement commune de Saint Léry), est une place forte stratégique. On ne sait pas avec précision qui en est le maître au début des hostilités.
Il est cependant probable qu’au début de 1352, la région est aux mains des franco-bretons. En effet, le roi de France Jean II Le BON (1350 -1364), fils de Philippe VI, a envoyé des troupes à Mauron, sous le commandement du Maréchal de France Guy de Nesle d’Offémont.
Au matin du 14 août 1352, les monfortistes (parmi lesquels Tanguy du Châtel, Guillaume de Cadoudal et l’anglais Gauthier de Bentley ), massés en secret durant la nuit en forêt de Lanouée arrivant à Mauron. La bataille va opposer près de Brambily ou, pour certains, sur la lande de La Chapelle près de La Saudraie, les 300 hommes d’armes et les 300 archers anglo-bretons aux hommes de Guy de Nesle, parait -il bien supérieur en nombre.
Malgré cela, les partisans de Blois sont vaincus et doivent se replier sur Rennes. Ils perdent 140 chevaliers et 13 seigneurs de Marque parmi lesquels Guy de Nesle lui-même, Beaumanoir, Alain de Tinténiac et le seigneur de Montauban, trois héros du combat des trente, et Jean du Plessis, capitaine de Brambily.

Un monument commémoratif a été élevé en 1997. Il s’agit d’une sculpture de Dominique Le Tarnec, sculpteur du Coudray Baillet. Il remplace Les rochers Morgan (mégalithes non loin de la Saudraie) qui avaient servies par le passé à l’édification d’un autre monument.

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.