Colonnes infernales et massacres au Puiset-Doré (49)

Le journal Ouest-France a mis en ligne le lundi 6 août 2012 un article sur les massacres perpétrés sous la Terreur au Puiset-Doré et dans la forêt de Leppo, évoquant parmi les faits historiques avérés un émouvant récit transmis localement de génération en génération.

C’est un petit monument, une croix sur un socle qu’on peut voir dans le milieu du bois de Leppo, au bord de la route de Montrevault. Ce monument, installé par le Souvenir vendéenen 1983, témoigne des heures sombres de la Guerre de Vendée, au début de l’année 1794. Les grandes batailles sont terminées, place à la répression avec les Colonnes infernales. Un nom très parlant dont le but était de ravager par le feu et la baïonnette la Vendée militaire pour supprimer toute résistance.

C’est ainsi, qu’en février, une trentaine de personnes sont massacrées dans le bourg du Puiset. Alors des habitants se disent qu’en allant dans le bois de Leppo, ce serait un bon refuge. Le 12 mars, des soldats mettent le feu dans ce bois sur la route de Montrevault. Ceux qui s’y étaient réfugiés s’en vont donc du côté de la route de Villeneuve. Mais d’autres soldats les y attendaient. Cinquante-six personnes, dont des enfants de deux ans, y sont massacrées.

 Colonnes infernales et massacres au Puiset-Doré (49)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.