Le mariage homosexuel : le vrai problème

Mariage Homosexuel, le vrai problèmeDe Gabriel Robin, ambassadeur de France (Via Magistro et la Faute à Rousseau) :

Aux yeux de certains, le refus du mariage homosexuel serait un déni de droit et une offense à l’égalité. Rien n’est plus inexact. D’abord, parce que le mariage n’est pas un droit, mais une institution – c’est à dire un ensemble cohérent de droits et de devoirs. Ensuite, parce que le droit de se marier ou de ne pas se marier est également ouvert à tous et qu’on connaît des homosexuels mariés.

Il est vrai que le mariage entre homosexuels n’est pas possible ; il ne l’est pas non plus entre enfants impubères. Dans les deux cas, il ne s’agit pas d’un déni de droit, mais d’un constat d’impossibilité : le mariage exige des partenaires adultes et de sexe différent. Ainsi en est-il, en tout cas, pour le moment.
Oublions, enfin, le slogan imbécile du « mariage pour tous », à moins de prêter l’intention à ses promoteurs de vouloir marier frère et sœur ou oncle et nièce.
Venons-en, plutôt, au vrai problème : ouvrir le mariage pour les homosexuels suppose de changer le mariage pour tout le monde.
La seule question est donc : faut-il changer le mariage ? La question n’est évidemment pas taboue ; le mariage a déjà changé, pourquoi ne changerait-il pas encore ? Au moins, faut-il prendre la mesure du changement proposé et s’interroger sur son intérêt éventuel.

L’ampleur du changement
Le mariage, à présent, est un statut conféré par l’État à l’union d’un homme et d’une femme, en considération des enfants à naître de cette union.
Ce qui peut exister entre deux individus en fait de sentiment ou de sexe ne concerne pas l’État : cela relève de la sphère privée. Tout au plus, l’État s’assure-t-il, en cas de litige, que les partenaires en cause sont adultes et consentants. Un homme, donc, a-t-il plusieurs maîtresses ; une femme plusieurs amants, l’État n’en a cure.
Un mari, en revanche, a-t-il plusieurs épouses ; ou une épouse, plusieurs maris, l’État s’y oppose. Pourquoi ? Sinon, parce qu’ils sont mariés et, qu’avec le mariage, intervient une tierce partie, l’enfant.

Avant même que l’enfant paraisse, sa seule éventualité commande de régler les rapports qui devront s’établir entre parents et enfant ; aussi bien qu’entre parents dans la mesure où cela affecte l’enfant. Tel est précisément l’objet du mariage. Il oblige le couple à donner à l’enfant : identité, accueil, protection et éducation, tout en lui conférant, en contrepartie, ce qu’on appelle l’autorité parentale.
Tout l’édifice, on le voit, repose sur l’unique fondement de la présomption de progéniture. Pour un couple hétérosexuel, elle va de soi. Dans un couple homosexuel, elle ne serait pas seulement absente, elle serait remplacée par une certitude du contraire : aucun enfant ne serait à attendre. Du coup, privé de son fondement, le mariage serait littéralement en porte-à-faux.
Sur le point de fait de savoir quelle serait l’ampleur du changement, il n’y a aucun doute : le mariage actuel ne serait pas modifié, mais dénaturé.

Les partisans du changement en sont si conscients que tout leur effort consiste à tenter de le faire oublier.
Pour essayer d’identifier le mariage homosexuel au mariage actuel, ils soulignent que demain, comme aujourd’hui, il s’agira de célébrer l’amour d’un couple. Que deux individus s’aiment d’amour tendre et veuillent en prendre à témoins le public et la République, voilà qui devrait suffire à fonder le mariage.
Malheureusement pour eux, c’est insoutenable. Outre qu’il serait inutile, un tel mariage serait inopérant. Jamais les amants n’ont eu besoin d’un décor de mairie ou d’une écharpe tricolore pour célébrer leur amour. Quant à la République, elle a beau être bonne fille, que sait-elle de l’amour pour s’en faire juge ? Si elle a compétence pour sanctionner un contrat, depuis quand aurait-elle reçu pouvoir de certifier une passion amoureuse ?
Reste à soutenir, qu’à l’égal d’un couple hétérosexuel, un couple homosexuel peut former un projet d’enfant, puisqu’à défaut de ceux que la nature lui refuse, il a aujourd’hui pour le réaliser ceux de l’adoption ou de la procréation médicalement assistée.
La difficulté avec cet argument est que, quoi qu’on fasse, ce n’est jamais « à l’égal ».
Faute, et pour cause, de présomption de fertilité, le couple homosexuel devrait y suppléer au moyen d’une déclaration explicite manifestant son intention d’avoir des enfants. Encore cette intention n’a-t-elle de chance de se concrétiser qu’avec le concours d’une tierce partie, ce qui fait toujours d’un ménage homosexuel qui veut des enfants une sorte de ménage à trois. Même en cas d’adoption, l’égalité serait encore loin d’être réalisée, car l’enfant adopté ne retrouvera pas dans le couple adoptif, s’il est homosexuel, la mixité sexuelle qui a forcément présidé à sa naissance.
Bref, le mariage homosexuel aura beau singer d’aussi près que possible le mariage hétérosexuel, il n’en sera jamais la copie conforme. À force d’artifices, on n’aura réussi qu’à substituer à la vérité du modèle le mensonge d’un faux.

Lire la suite de l’article

2 réflexions sur “Le mariage homosexuel : le vrai problème

  • 5 octobre 2012 à 5 h 10 min
    Permalien

    d accord avec vous!!!!!!!!!!!!!!

    mais que fait on pous les gens » mariage « civile et religieux et francais de souche

    merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.