Les fonctionnaires aussi victimes de la République.

Les fonctionnaires aussi victimes de la républiqueL’annonce du budget 2013 a fait grincer des dents parmi mes collègues : pour la 3ème année consécutive, les salaires des fonctionnaires sont gelés, du moins le « point d’indice », ce qui ne remet certes pas en cause les progressions salariales liées à l’ancienneté ou à l’avancement dans la carrière, mais se traduit néanmoins par une diminution concrète de notre pouvoir d’achat. Et encore faut-il se féliciter, d’après certains économistes hexagonaux et bruxellois, de ne pas subir le sort des fonctionnaires espagnols, irlandais ou grecs qui ont vu leurs salaires diminuer ces dernières années de 5 à 25 % selon les cas, au nom de la sauvegarde de l’euro et du désendettement des Etats…

En fait, pour les enseignants comme pour les autres fonctionnaires, c’est « la double peine » : car, s’ils comprennent le gel des salaires et peuvent l’accepter pour la plupart comme une manière de participer à l’effort national, il leur est plus difficile d’admettre que, dans le même temps, le gouvernement socialiste ait décidé de refiscaliser les heures supplémentaires ! Effectivement, puisque nos salaires étaient (et sont toujours) condamnés à ne plus progresser annuellement malgré l’inflation (certes réduite, mais néanmoins bien réelle, en particulier dans les transports et l’alimentation), beaucoup d’entre nous se rattrapaient sur ces fameuses heures supplémentaires que nous nous disputions parfois âprement : « travailler plus pour (espérer) gagner (un peu) plus ». Or, cette année, la refiscalisation désormais effective depuis la rentrée de septembre décourage les bonnes volontés et elle est même un des éléments forts de la véritable impopularité de ce gouvernement-ci et de ce président-là qui, au-delà d’un antisarkozisme jadis fédérateur mais désormais dépassé, semble enclencher le « changement » dans un sens qui n’était pas forcément celui espéré par nombre de mes collègues… D’autant plus que, simple coïncidence ou calcul perfide, nous n’avons jamais eu autant d’heures supplémentaires que cette année, en tout cas dans la filière « histoire-géographie » de mon lycée ! Le seul gagnant, en définitive, sera un Etat qui semble plus capable de taxer et créer de nouveaux impôts que d’engager de véritables réformes de structure et une politique à long terme de désendettement et d’investissement ! Un de mes amis et collègue, pourtant peu suspect de royalisme (cela peut changer, bien sûr…), me soufflait la semaine dernière avec un petit sourire bordé d’amertume : « la République sème des promesses, les Français récoltent des impôts » ! Juste et terrible formule qui révèle aussi la déception de tant de Français qui croyaient, à tort, que l’élection présidentielle allait accoucher d’un « sauveur » qui parlait si bien de « réenchanter le rêve français » ou quelque chose d’approchant…

Il est visiblement des rêves qui finissent mal et des réveils douloureux ! Bien sûr, il faut laisser du temps au temps : c’est d’ailleurs l’une des formules préférées des royalistes qui cherchent à raisonner au-delà même du temps démocratique des élections successives et à privilégier le long terme et la continuité politique. Mais cela n’enlève rien à l’urgence des grandes décisions d’avenir et là, rien à l’horizon ! La République semble renoncer à agir et à lancer de grands projets, de grandes politiques pour nourrir de grandes ambitions…

Et pourtant ! Il n’est pas une minute à perdre et cela dans tous les domaines, qu’ils soient industriels, agricoles, maritimes, énergétiques, environnementaux, militaires même ! L’impression dominante dans la salle des professeurs est que cette République hollandaise n’a pas de gouvernail et qu’elle navigue à vue au milieu des icebergs… Les prochaines années risquent d’être encore plus rudes, faute de direction sûre, et la prochaine feuille d’impôts d’être fort douloureuse ! Heureusement que j’aime mon métier, mon lycée et mes élèves : cela me console, en partie, des bêtises des incompétents de la République !

Source de l’article de Jean Philippe Chauvin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.