L’avenir du lin dans le tissu économique breton

L'avenir du Lin en BretagneTrois siècles après la fin de l’âge d’or des toiles, laculture du lin et du chanvre peut-elle redonner du souffle à l’économie bretonne? Un universitaire et une association ycroient dur comme fer.

«Il y a forcément des questions à se poser sur le modèle économique que peut générer la production du lin, aujourd’hui, en Bretagne, comme elle l’a déjà fait pendant trois siècles». Mais ne vous méprenez pas: Andrée Le Gall-Sanquer ne prône pas le retour aux kanndis (buanderies linières) ou aux paysans marchands qui ont accompagné l’âge d’or du lin. Du XVIe au XVIIIe, la Bretagne a occupé les premiers rangs du classement des provinces toilières du Royaume de France, contribuant, notamment, à l’édification des enclos paroissiaux. Puis, les fibres synthétiques et les délocalisations ont réduit l’activité comme peau de chagrin.Alimentation construction, auto, avions

Pourtant, comme le sous-entend l’interrogation de la présidente de l’association «Lin et chanvre en Bretagne», ces plantes ont encore un rôle à jouer dans l’économie moderne de la région. Selon l’universitaire ChristopheBaley, plusieurs éléments favorables à l’éclosion sont réunis: «Le chanvre a bénéficié d’un travail de certification dans la construction, les graines oléagineuses réputées pour leur Oméga 3 sont reconnues en alimentaire, le lin textile pour la plasturgie entre dans la composition de pièces automobiles (étanchéité) et même dans l’aviation», remarque le professeur de l’Université de Bretagne Sud, spécialisé dans les matériaux. «Le marché s’ouvre, aux agriculteurs de s’en emparer».

2.000 hectares en Bretagne

En Bretagne, la culture du lin et du chanvre couvre 2.000 hectares. Une étude de l’Ademe-Bretagne estime que cette superficie peut être multipliée par cinq. Les terres limoneuses, baignées par un climat maritime, sont les plus propices. Comme la zone léonarde spécialisée, précisément, dans la culture du lin au temps lucratif des toiles bretonnes, exportées à travers le monde.

Filière à l’échelle du territoire

Le lin prendra-t-il sa revanche sur le chou-fleur? Il aurait, en tout cas, sa place dans le tissu économique local. «Il y a du potentiel pour créer une filière de production et de transformation à l’échelle du territoire. Cela s’inscrit aussi dans la logique de réduction des consommations énergétiques dues aux transports. Il faut savoir qu’aujourd’hui, du lin, produit en Normandie, part en Chine où il est transformé en vêtements pour le marché européen».

Source de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.