Gwalarn : Un nouvel essor pour la littérature bretonne !

Gwalarn (1925-1944)La revue littéraire en breton, Gwalarn, (1925-1944), a été un facteur-clé pour que le long passé littéraire de la langue accède à un niveau supérieur de modernité et de visibilité. Après 1945, le flambeau est repris par plusieurs petites publications qui laisseront place en 1948 à l’actuelle Al Liamm-Tir na nOg.

En mars 1925, le premier numéro de la revue littéraire bretonne Gwalarn est publié sous la forme d’un supplément trimestriel au journal Breiz Atao, sous le titre « Premier et dernier manifeste de Gwalarn en langue française » cosigné par Roparz Hemon et Olivier Mordrel ; les 143 numéros suivants, jusqu’en 1944, seront tous rédigés en langue bretonne. Dans ce manifeste, les orientations et les objectifs sont clairement exprimés :

 » Gwalarn est avant tout quelque chose de neuf et d’unique : une revue littéraire, destinée à l’élite du public bretonnant…….. »

« Pour la première fois, une revue bretonnante fournira des travaux d’une irréprochable tenue littéraire, et, fermant la porte aux patois (même décorés du nom de dialectes) adoptera une langue de forme classique et une orthographe rigoureusement unique suivant l’exemple des Sketla Segobrani. »

« Les colonnes de Gwalarn sont ouvertes à toutes les plumes, sans distinction de parti. L’adhésion à Gwalarn n’implique pas l’adhésion au nationalisme breton. La littérature peut être mise au service de la politique, mais elle n’en dépend pas essentiellement. Il y aura place dans notre revue littéraire pour l’idée bretonne ; il y aura place pour un art libre vis-à-vis de toute doctrine. Nous concevons qu’on puisse s’attacher au breton par pur patriotisme. Nous concevons aussi qu’on puisse le faire par pur sentiment esthétique. »

Lire la suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.