6 Janvier 1286 : Sacre de Philippe IV Le Bel

Sacre de Philippe Le BelLe 6 janvier 1286, à la cathédrale de Reims, Philippe IV le Bel va être solennellement sacré et couronné par l’archevêque Pierre Barbet. A l’issue de la cérémonie, désormais oint de Dieu, il lui restera à assumer pleinement le lourd héritage de Louis IX, son grand-père.

Le 3 décembre 1285, Philippe le Bel a mené jusqu’à la nécropole royale de Saint Denis le cortège funèbre de son père, Philippe III le Hardi. Désormais roi de France, il est attendu à Reims pour y recevoir l’onction du sacre et y être couronné en même temps que son épouse, la reine Jeanne de Navarre.
Mais il ne semble pas pressé. Il se rend d’abord au château d’Asnière sur Oise, d’où il rejoint l’abbaye de Royaumont, élevée par Saint Louis, son grand-père : en homme pieux qu’il est, il y reste dix jours pour prier. Puis, il traverse les forêts de Halatte, de Compiègne, de Retz, autant d’étapes dont il profite pour se livrer à la chasse, son passe-temps favori. Enfin, le 5 janvier 1286, il fait son entrée à Reims, où il est accueilli par les chanoines et les autorités de la ville. Comme il est de coutume, la veille de la cérémonié du sacre, il se rend à la cathédrale pour entendre l’office de complies, le dernier de la journée.

Le lendemain 6 janvier, à l’aurore, les cloches sonnent avec encore plus d’alégresse que d’habitude l’office des matines, car c’est en ce jour de l’Epiphanie, où l’Eglise célèbre le roi par excellence, l’Enfant Jésus adoré par les rois mages, que le Capétien va être solennellement sacré. Après l’office de primes, sous un beau soleil d’hiver, Philippe le Bel et Jeanne de Navarre, splendidement vêtus, entrent dans la cathédrale par le grand portail. Les archevêques, les évêques et les abbés du royaume, les princes du sang et les pairs de France forment autour d’eux une longue et belle procession. La cathédrale n’est alors pas encore achevée : les travaux ont débuté par le choeur, et il reste à prolonger la nef jusqu’à la façade principale. L’édifice est baigné d’un jeu d’ombres et de lumières qui crée une atmosphère céleste et donne une impression à la fois de grandeur et de légèreté.

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.