Châteaux de Bretagne : Château de Tonquédec (22)

Château de Tonquédec (22)C’est au Sud d’une ancienne motte féodale placée à l’extrémité de l’éperon rocheux qui domine la vallée du Léguer que fut construit le château des sires de Coëtmen, à Tonquédec.

Possédé par un certain Prigent, seigneur de ce lieu dès la fin du XIIème siècle, il passe à la faveur du mariage de sa fille dans la famille de Coëtmen qui en restera propriétaire jusqu’au début du XVIème siècle. Durant les guerres de succession qui ensanglantent le duché de Bretagne, le château primitif en pierre est en grande partie détruit en 1394.

À partir de 1406 et après s’être rangé aux cotés du duc de Bretagne, Roland III de Coëtmen entreprend la reconstruction du logis Nord et de son aile Est. Tout au long du XVème siècle, ses successeurs s’attacheront à l’agrandir, le compléter, le moderniser et à l’adapter au développement de l’artillerie. C’est de cette époque que datent la plupart des bâtiments que nous connaissons aujourd’hui.

Dans la première partie du XVIème siècle et jusqu’à la première moitié du XVIIème siècle, par le jeu des successions, le domaine devient propriété de la famille d’Acigné puis de la famille Gouyon de la Moussaye, qui entreprendra la réparation et le complément de l’enceinte de l’avant cour.

Dans la première moitié du XVIIème siècle, après le démantèlement de l’édifice sur ordre de Richelieu, le château est vendu à la famille du Quengo. Subissant un long déclin au cours des siècles suivants, l’ensemble est vendu en 1879 à un marchand de biens qui envisage de l’exploiter en carrière de pierres.

Alors que sa fille épouse le comte Pierre de Rougé, le marquis de Keroüartz parvient à acquérir les ruines du château et les offre à sa fille, la famille de Coëtmen s’étant éteinte dans celle de Rougé en 1749. Le dernier baron de Coëtmen, avant la Révolution, était ainsi Bonabes Louis Victurnien Alexis (1778-1838), marquis de Rougé, futur pair de France et maréchal de camp, grand-père du comte Pierre de Rougé (1855-1912).

 

Source et suite de l’article

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.