À Carnac, on construit sur un site archéologique classé

CarnacLa mairie a délivré un permis de construire sur un site répertorié dans le cadre du projet de classement à l’Unesco. Les travaux ont commencé hier. À la mairie, l’affaire embarrasse.

La polémique

« C’est scandaleux ! » Christian Obeltz n’en revient toujours pas. Dimanche dernier, ce prospecteur en archéologie, agréé par la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC), se balade à Carnac.

Par hasard, sur la route de Quelvezin, il s’aperçoit que la mairie a délivré un permis de construire en septembre dernier, à l’emplacement du tertre de Lann Granvillarec. Ce permis autorise la construction d’une maison individuelle de 230 m2.

« Ce terrain archéologique fait partie des lieux retenus dans le projet de classement Unesco de 557 sites mégalithiques du sud Morbihan », explique Christian Obeltz.

« Je n’étais pas au courant »

Les travaux ont débuté lundi matin par l’arrachage de souches sur le tertre. Une pelle mécanique a aussi commencé à niveler le terrain.

À la mairie, l’affaire embarrasse. « J’ai découvert hier à 17 h que c’était un site classé. Vous pensez bien que si j’avais été au courant, on n’aurait pas autorisé ce permis de construire », glisse Jacques Bruneau, le maire de Carnac.

Qui l’a délivré alors ? « Il faut que je vois à quel niveau l’erreur a été effectuée », poursuit le maire.

Christian Obeltz, lui, a sa petite idée : « Les propriétaires ont déposé une demande de permis de construire suivant la procédure normale. Ce terrain se trouve dans un secteur répertorié et figure sur les cartes de relevés.

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.