Le socialisme aveuglé conduit la France droit dans le mur

Faillite de la FranceFaudrait-il, avec la gauche, passer sur tout engagement solennel non tenu ? En juillet 2012, Pierre Moscovici assurait, après François Hollande, ramener le déficit public de 4,5 % à 3 % fin 2013. Pour le ministre de l’Économie, l’impératif était « non négociable », ne pas le respecter « serait un appel au meurtre ». L’emphase sonnait creux. De fait, huit mois plus tard, le gouvernement a admis ne pouvoir tenir son contrat. Son annonce avait été immédiatement jugée irréaliste, ici même notamment, au vu du flou sur la réduction des dépenses. Mais les indignés d’hier, qui dénonçaient la tchatche sarkozyste, sont devenus muets. Le hollandisme, qui se dit vertueux, manie le mensonge et l’esbroufe en professionnel. Il suffit d’écouter Arnaud Montebourg. Moscovici, oublieux de sa promesse d’été, a assuré, lundi : « La France est sur la bonne voie. » Elle va donc à la catastrophe.

La mansuétude d’une bonne partie des médias pour le chef de l’État camoufle l’absence de doctrine de l’exécutif. La France est dirigée au doigt mouillé par un pouvoir qui ouvre des sujets sociétaux (mercredi, c’était la justice) plutôt que d’affronter la crise économique dont il nie l’ampleur. Jean-Marc Ayrault refuse de parler de rigueur, tandis que le pays s’immobilise. En revanche, le premier ministre juge utile de faire répondre aux exigences d’un père qui, du haut d’une grue de sa ville (Nantes), conteste « les bonnes femmes du gouvernement » coupables de ne rien comprendre aux « papas ». En comparaison, le suicide par le feu d’un chômeur en fin de droit a été vite oublié par la presse « progressiste ». Il est vrai qu’il lui aurait fallu rappeler que le hollandisme produit 1 000 chômeurs par jour.

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.