Nina Companeez tourne un film sur Les Guerres de Vendée

5419791-8084804Pour son nouveau téléfilm inspiré de Daphné du Maurier : Le Général du Roi, Nina Companeez a choisi la Vendée.

La réalisatrice était au Refuge de Grasla, aux Brouzils, dimanche. Elle va adapter un roman et a choisi la Vendée.

Trois questions à…

Nina Companeez, auteure, réalisatrice et scénariste.

Vous venez pour la seconde fois en Vendée. Pourquoi ?

Après avoir tourné A la recherche du temps perdu, je me suis souvenue d’un roman que j’avais lu il y a une quinzaine d’années : Le Général du Roi, de Daphné du Maurier, qui se passe en Angleterre pendant la guerre civile et a opposé la royauté, Charles 1 er et Cromwell. Je m’étais dit que si j’adaptais ce roman, cela ne pourrait pas se passer ailleurs qu’en Vendée. L’équivalent de cette guerre civile, c’est la guerre de Vendée.

Pourquoi la Guerre de Vendée ?

Au moment du débat sur le génocide arménien, des journalistes se sont étonnés que l’on parle de l’Arménie, mais jamais de la guerre de Vendée et des massacres qui s’y sont perpétrés. J’aime toujours aller contre les idées reçues, écorner la géographie révolutionnaire. La Révolution française n’est pas un tout à prendre en bloc. Elle a sa part de lumière et sa part d’ombre.

Je retrouve dans cette guerre de Vendée des constantes des barbarismes du XX e siècle ; la persécution des juifs sous la révolution russe et bien sûr par le régime nazi, les exécutions sommaires pendant la guerre de 39-45, ainsi qu’aujourd’hui dans les conflits au Proche et Moyen-Orient.

Vous avez vu le spectacle du Refuge de Grasla. Qu’en retenez-vous ?

Je cherche l’inspiration, j’ai regardé les gens, les lieux où je pourrais tourner en me demandant ce qu’il faudrait utiliser, modifier, ajouter… Quels visages je pourrais capter. J’ai aimé entendre le Salve Régina. Je cherche des cantiques associés à la guerre de Vendée. Les gens chantent cette tristesse, cette passion vendéenne pour la religion, cette espèce de foi très simple qui les porte. C’est très actuel de parler de la religion à travers cette terre de Vendée.

J’ai beaucoup aimé la traversée des barques, je ferai traverser mon héroïne sur une barque, la nuit. Je suis contente à l’idée de revenir ici, d’autant plus que je suis actuellement dans l’écriture des scènes qui se passent à Grasla. Je reviendrais en octobre-novembre.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.