Pour rétablir l’équilibre…

Alors que nos grands médias nationaux pratiquent l’angélisme quasi-autistique sur une extrême gauche « non violente, pacifiste et humaniste » (plus la ficelle est grosse, plus ça passe), divers articles rappellent à propos les réelles violences, dégradations et profanations commises par les anti-fachistes qui, si elles n’excusent en rien les violences commises par les autres groupes, n’ont rien à leur envier, loin de là.

Ainsi, le Salon Beige répertorie-t-il dans un article fort bienvenu quelques exactions de ces militants gauchistes, qui vont de la dégradation de biens publics à la violence sur journalistes, élues et même certaines mères de familles pacifistes, les Mères Veilleuses de Toulouse. Quitte à manifester contre les violences politiques, les politiciens et assimilés devraient regarder équitablement dans toutes les directions, au lieu de se contenter d’emphases trompeuses centrées sur une unique « nébuleuse » nationaliste.

De plus, de nombreux articles traitent de ce jeune homme tant idéalisé par la caste gaucho-politicarde et en font ressortir quelques traits bien moins lisses que ne le voudraient nos médias. Si la mort d’un jeune homme est toujours une catastrophe, la récupération politique qui en est faite n’en est que plus odieuse et doit absolument être dénoncée.

Enfin, il ne faudrait pas oublier tous les autres morts dont la république s’est rendue coupable. Des vendéens à Marius Plateau en passant par Marcel Langlois, nombre d’honnêtes hommes et femmes trépassèrent en voulant résister à ce régime inique. Entendre aujourd’hui les ministres socialistes parler d’irréprochabilité de la république et de la démocratie relève de la dernière hypocrisie malsaine, honteuse et exécrable.

[youtube]http://youtu.be/DHkQqaD0f70[/youtube]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.