Un mariage virtuel

Le « mariage homosexuel », cet étrange oxymore, reste sous la dépendance du mariage hétérosexuel, ce curieux pléonasme. Loin d’assurer leur liberté aux couples homosexuels, la juridicisation de leur lien affectif sous la forme d’un mariage les soumet au modèle dominant du mariage hétérosexuel.

Tous les arguments pro ou contra le mariage gay ont été débattus sans convaincre les opposants au projet de loi ou ses partisans. Chaque camp est resté sur ses positions et a plus pensé à déconsidérer son adversaire qu’à envisager le problème en lui-même. Dans quelle mesure peut-on en effet justifier, non pas le « mariage pour tous », puisque cette formulation trop large buterait sur l’interdit de l’inceste, mais le « mariage homosexuel », c’est-à-dire l’union civile entre deux personnes de même sexe, en grec homoion ? Dans toutes les sociétés, le mariage est une organisation rituelle d’ordre religieux ou juridique entre un homme et une femme. Il permet à un couple d’élever des enfants en se prolongeant en famille, l’ensemble des familles reproduisant à chaque génération la société concernée. L’article 16 de la Déclaration universelle des droits de l’homme en convient : « À partir de l’âge nubile, l’homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. » Le même article précise que « l’homme et la femme » possèdent « des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution ». Il n’est pas fait mention d’une autre forme d’égalité qui concernerait les personnes de même sexe. Cet article 16 lie naturellement le mariage et l’engendrement des enfants : « La famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’État. » Le lien matrimonial entre la femme, qui peut porter des enfants, et la famille se trouve impliqué par le mot latin matrimonium qui signifie la « maternité ». Quant au terme de « mariage », il est dérivé de maritus, le mari, qui a donné au féminin marita, la mariée ou l’épouse. On voit que le mariage, parce qu’il est lié à la rencontre d’un mari qui engendre et d’une épouse qui met au monde, implique que les deux partenaires soient de sexes différents. L’instauration du mariage homosexuel revient ainsi à faire une révolution sémantique qui se prolonge, Madame Taubira en a convenu, en « réforme de civilisation », en fait en révolution anthropologique.

Quel habitus ?

Toute société est fondée sur l’imitation par les générations nouvelles des façons de vivre des précédentes générations. On sait que Pierre Bourdieu a conceptualisé ce « système de dispositions réglées » sous le terme d’habitus. Mais l’imitation du mode de vie ancestral peut prendre deux formes d’habitus. D’une part, les enfants peuvent reproduire les paroles, les gestes et les actions de leurs parents, comme le fils d’un paysan, d’un ouvrier ou d’un médecin peut reproduire le métier de son père. L’imitation est ici réelle même si elle prend, à chaque génération, des formes différentes. D’autre part, les enfants peuvent simuler ces mêmes paroles, gestes ou actions des parents, comme lorsqu’ils jouent à la poupée ou au gendarme et au voleur. Toute société fait usage de ces deux formes d’imitation, en reproduisant ses mœurs dans la réalité de la vie publique ou en les simulant dans la fiction de l’œuvre artistique. Œdipe roi, Macbeth ou Tartuffe ne reproduisent pas plus la réalité politique de la Grèce, du Danemark ou de la France que Madame Bovary ne reproduit la vie sentimentale de Flaubert ou la situation de la femme de son époque. Ils la simulent exactement comme la Fête des Fous, au Moyen Âge, simulait la vie religieuse au point d’élire un Pape des Fous, ou comme les Saturnales, à Rome, simulaient la vie publique au point de permettre aux esclaves de s’égaler aux maîtres.

Source et suite de l’article

Mariage homo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.