Quand le landerneau politique dénonce les mises en scène d’Hollande…

La visite d’Hollande en Vendée n’en finit plus de faire des remous mais, pour une fois, non pas par une gaffe ou une absurdité exprimée par l’hypoprésident, mais bien par les mises en scène grotesques qu’il dut singer pour faire croire à un véritable impact de ses quelques mesures sur l’emploi.

Bruno Retailleau, Président du Conseil Général, a été le premier à dénoncer cet état de fait, à regretter que  » le chef de l’État n’ait pas visité une seule entreprise vendéenne. Ce sont d’abord leurs activités qui permettent de lutter contre le chômage et ce sont les PME vendéennes qui permettent au département de résister mieux que d’autres à la crise. [La gauche]continue de préférer le mirage des emplois publics subventionnés à la réalité de l’économie entrepreneuriale, qui fait la force et l’avenir de la Vendée »

Jean-Claude Merceron, sénateur UDI, n’est quant à lui, pas en reste : « Sa visite est une mise en scène de l’emploi. On aurait aimé que Fagor-Brandt, en grande difficulté à La Roche et qui exige un accompagnement de l’État, retienne l’attention du président et du ministère du Redressement productif dont on était également en droit d’espérer la présence. «  Constat que bien d’autres politiciens partagent…

La France est économique exsangue, et les présidents successifs rivalisent de mises en scène grotesques pour éviter d’affronter les véritables problèmes, éviter de devoir agir réellement face aux conséquences de leurs pitoyables politiques économiques. Il est grand temps de donner à la France les clés pour un véritable redressement économique : subsidiarité, corporatisme, tant de pistes qui pourraient redonner de la vigueur au tissu industriel français… Mais que les politiciens arrivistes ne veulent même pas étudier.

Pour Hollande, la crise est finie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.