Ephéméride bretonne et royaliste du 21 Septembre

1532 : Edit du Plessis-Macé

L’édit d’union est confirmé et précisé par l’édit du Plessis-Macé (septembre 1532), qui garantit les droits, libertés et privilèges de la Bretagne, texte annoncé dans l’édit d’union et rendu nécessaire par la révocation qui est faite dans ce dernier des textes précédents :

  • Les impôts doivent être octroyés par les États,
  • La taxe sur les boissons ou « billots » ne pourra être affectée qu’aux fortifications dudit pays,
  • La justice doit être « entretenuë en la forme et manière accoustumée » :
    • Maintien des « Parlement, Conseil, Chancellerie, Chambre des Comptes, assemblée des Estats les barres et juridictions ordinaires »,
    • Les Bretons doivent être jugés en Bretagne, hormis en appel,
  • Respect de l’indult de Bretagne, selon lequel les bénéfices ecclésiastiques ne peuvent être donnés qu’à des bretons ou des proches du Prince,
  • Confirmation de « tous les autres privilèges dont ils ont chartres anciennes et jouissance immémoriale »,
  • L’édit est « chose ferme et stable à tousjours », c’est-à-dire perpétuel.

1792 : Abolition de la royauté, proclamée par la même assemblée qui, quelques mois plus tard, massacrera des milliers d’innocents. La châine royale, la colonne vertébrale de la France, dernier rempart contre la folie républicaine, vient donc d’être rompue, et nous continuons à voir aujourd’hui les dramatiques conséquences de cette décision parlementaire.

1972 : Décès d’Henri de Montherlant, écrivain français à qui l’on doit ce magnifique texte :

« Je n’ai rien à faire dans un temps où l’honneur est puni,
– où la générosité est punie, – où la charité est punie,
– où tout ce qui est grand est rabaissé et moqué,
– où partout, au premier rang, j’aperçois le rebut,
– où partout le triomphe du plus bête et du plus abject est assuré.
Une republique, l’Imposture, avec pour pages
le Vol et le Crime, à ses pieds.
L’Incapacité et l’Infamie, ses deux sœurs se donnant la main.
Les dupeurs adorés par leurs dupes… »
O France mon pays, ma patrie, qu’es-tu devenue….

Saint breton du jour : St Mazhe (Saint Mathieu), à qui est dédiée la fameuse Pointe Saint Mathieu du Finistère :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.